Les collections







Se procurer
nos livres








Editions
“de la démocratie”
1993 / 2004









Nous vous informons que

"La Mesure du Possible"

a désormais cessé ses activités éditoriales.
Il est donc inutile d'y envoyer encore des manuscrits et propositions.

Mauvaise nouvelle.



Son catalogue d'éditions continue cependant
à être distribué sur demande.

Bonne nouvelle.



Parution novembre 2008


"Missing"

Théâtre action à Saint-Josse

Est-il possible aujourd’hui, pour les habitants de nos quartiers les plus fragiles, de se réunir entre hommes et femmes dans le but de faire un spectacle de théâtre ? A en croire Hamid et Meryem, seuls rescapés d’un groupe d’une trentaine d’habitants, l’expérience de la mixité tient plutôt de l’utopie… Et pourtant… Gennaro Pitisci, un des auteurs de « Gembloux, à la recherche de l’armée oubliée », livre ici le récit d’une aventure hors du commun, entre humour, tendresse et colère : une pièce de théâtre, sans doute, mais quel cirque !

Avec des textes de Ahmed Medhoune et Paul Hermant




Ce texte est issu d’un atelier d’écriture réalisé avec le Brocoli Théâtre à Saint-Josse

Format: 11,5 x 19cm / 100 pages
isbn: 978-2-930441-18-4

Prix: 9.5 €

Le 10 mars 2009 "Missing" de Génaro Pitisci
A reçu le prix "j'en pince"
de " Vie féminine"



Parution 2007/2008

Dans la collection « Inventaires »

Inventaire # 5 « Etrangés »

Voici un inventaire hors norme qui sort de l’ombre une parole et un regard rares. Cette parole et ce regard sont ceux de témoins qui se qualifient eux-mêmes d’invisibles. Ils et elles sont médiateurs, formateurs ou interprètes dans « le domaine de l’aide aux étrangers ». Ils rapportent ici, sans jugement et en toute déontologie, l’impossibilité de rester à l’écoute de la souffrance et de l’histoire de l’autre sans avoir aussi à la prendre avec soi et à la ramener le soir à la maison.
Ce texte investi et engagé peut déranger, c’est certain. Ce n’est pas grave, il est fait pour ça.




Ce texte est issu d’un atelier d’écriture réalisé au sein du Centre d’Action Interculturelle de Namur.
Ce travail a été accompagné par Katia Raimondi et revisité par l’écrivain Eva Kavian.


« Etrangés », inventaire #5,
aux éditions de la Mesure du Possible
Format 29,7 x 19 – 72 pages - Isbn 978-2-930441-17-7

Prix public: 9€



Parution 2007...

Hugues Le Paige

"La vérité s’écrit avec un v minuscule".
Chroniques radio 1996-2006
En collaboration avec "La Première" RTBF.

Il faut lire ces chroniques en imaginant la voix qui les porte. Dix ans de chroniques radiophoniques, au petit matin, à la RTBF, ce n’est pas rien. Et cela dit beaucoup des années qui ont marqué notre mémoire et nos actes récents : l’affaire Dutroux, les guerres d’Irak, le référendum constitutionnel européen, la montée de l’extrême droite, les années Mitterrand… Hugues Le Paige explore ici, avec le style direct et la parole tranchante qu’on lui connaît, ce qui craque dans le monde et ce qui bouge dans les sociétés.

Parution : décembre 2006. Collection « Chroniques ».

Isbn : 2-930441-11-9 / 978-2-930441-11-5
12 €



Lire un extrait


Parution 2007...

Paul Hermant

"Le monde reste un endroit dangereux"
Chroniques 2002-2006
En collaboration avec "La Première" RTBF.

Vladimir Poutine, l’extrême droite à Leipzig, un Iranien, une mine grecque, une frontière turque, Mr Thonon, professeur de mécanique, l’Ukraine orange et Lynndie England, le centre fermé 127 bis, Michael Moore et Etienne Roda-Gil, le Vlaams Belang, une petite dame dans un chauffoir, Pim Fortuyn, le politiquement correct et un poulet, Slobodan Milosevic et Al Qaida, 500 émigrants aux Canaries, un roi des Belges au Tour de France, les Hutus de Bruxelles et la trahison de Judas, Julos Beaucarne et Loubna Benaïssa, Vaclav Havel et Peter Handke, Florence Aubenas et Arthur Haulot … Aux quotidiens des billets et chroniques, Paul Hermant écrit la musique envoûtante de polaroïds intimement imbriqués dans un monde resté, paraît-il, un endroit dangereux…

Parution : décembre 2006. Collection « Chroniques ».
Isbn : 2-930441-12-7 / 978-2-930441-12-2
12 €



Lire un extrait


Parution 2007...

Serge Bailly

"Le poisson te dit que le crocodile est malade"
Chroniques des élections congolaises, 2005-2006


2006. Un tournant dans l’histoire congolaise. Une année, à proprement parler historique, qui vit se dérouler les premières élections libres dans un pays indépendant depuis 1960. Serge Bailly, proche de la presse congolaise et journaliste lui-même, a entrepris, dès 2005, l’écriture de chroniques électorales. Résidant à Kinshasa, il en suit les convulsions et les humeurs jour après jour. Pérégrinant dans le pays, il ramène de courts portraits lucides de provinces oubliées. Les petites et grandes histoires livrées ici nous rendent plus proches, page après page, les grands hommes et les petites gens de ce pays-continent.


Parution décembre 2006
Isbn 2-930441-13-5 / 978-2-930441-13-9
11 €



Lire un extrait


Parution 2007...

Lucienne Billard, Vincent Bouëtiez, Pierre-Amédée Dorique, Josette Gosselin, Catherine Hug, Franklin Ibom-Bieng, Maguy Lalize, Annie Prosper, Michèle Provost, avec Philippe Ripoll.

"Nous ne sommes pas une fiction"

Ils écrivent. Ils sont neuf. Quatre ouvrières d’ex-Moulinex, en fins de droits ou en préretraite. Un consultant (en cellules de reclassement) intermittent. Une mère de famille en recherche d’emploi. Une femme de ménage. Un Africain récemment régularisé. Un Réunionnais au chômage. En commun : la précarité, à différents degrés, la fragilité des situations sociales et intimes, et aussi la solidarité, individuelle ou collective.
Ce livre est leur théâtre, au plus près de l’expérience qu’ils ont vécue. Vu de très loin, ça pourrait presque être une « télé-réalité », mais en vérité c’est une proche, très-proche-réalité, qui ne cesse d’interroger la ligne de vie du lecteur et la ligne de vie du monde, aujourd’hui...

Parution décembre 2006
Isbn 2-930441-15-1 / 978-2-930441-15-3
10 €


Ouvrage publié avec le concours de la Région Basse-Normandie
et du Centre Régional des Lettres de Basse-Normandie.


Parution 2007...

Philippe Ripoll.

"A travers temps"

A travers temps est un récit qui se dessine à partir d’allées et venues dans un paysage rural, industriel, légendaire, archéologique, métissé, au croisement de la Seine, de l’Eure et de l’Andelle. Un micro-paysage européen en devenir.
Un « visiteur » accompagne David, « porteur de repas » auprès de personnes âgées. Il rencontre Madame Biville, Madame Godard, Monsieur Hannoteaux, et bien d’autres. Il laisse agir leurs paroles, leurs récits de vie. Il croise des enfants dans des classes. Il sillonne la plaine normande, les écluses, le Mont des Deux Amants. Des voix s’élèvent, témoignent, se taisent. Le récit rencontre des personnes bien réelles, croise les temps ? mémoires, légendes, temps présents, et à venir. Un photographe se coule dans la pérégrination.
Puis, un événement fictif se prépare, une performance, plaçant une population, dans tous ses âges et dans tous ses états, face à elle-même et à son devenir. Tandis que pour le visiteur un autre événement a lieu, intérieur, invisible :une ouverture, « un autre passage, de l’un à l’autre, des uns aux autres. D’un monde à l’autre. »

Ce livre a été écrit au cours d’une résidence d’écrivain
au centre social intercommunal de Pîtres et du Manoir-sur-Seine, en haute-Normandie."

Parution février 2007
Isbn 2-930441-16-0 / 978-2-930441-16-0
8 €


Parution en novembre 2006

Pierre Duys

"Les Dauphins ivres"
Les Vacarmes de la Cité de l’Escaut

ou Geraas uit Antwerpen

Récit.

Voici un livre de piéton. Pierre Duys, qui se définit comme un marcheur-cueilleur, a habité trois années durant à Anvers, au moment où les milices de l’AEL de Abou Jahjah et le Vlaams Blok de Filip Dewinter se disputaient le haut du pavé. Il a beaucoup marché et beaucoup vu. On ne comprendra rien à ce qui s’est passé ni à ce qui se passera dans la Métropole flamande si l’on ne se laisse pas surprendre par cette écriture étonnante et par ce style aussi flamboyant que les façades de la Cogels-Osylei. A n’en pas douter, voici de la poésie politique qui rappelle certains des textes les plus vigoureux des écrivains-reporters.

Parution : novembre 2006, 108 pp,
isbn : 2-930441-08-9 / 978-2-930441-08-9

13.5 €

Pierre Duys. Vit à Bruxelles. Son premier ouvrage, « Parfois, au bout des routes » a paru en 2006 aux éditions des Carnets du Dessert de Lune.

Lire un extrait


Parution en novembre 2006

Patrick P. Quinet

"Le petit théâtre des opérations"
Langues de terre, haches de guerre

Récit

« Aucun Tchèque, aucun Slovaque ne parle le tchécoslovaque, n’est-ce pas, ni aucun Souabe des bords du Danube l’allemand. Et aucun Belge le belge ». Dans ce « Petit théâtre des opérations », un homme cherche sa langue et finit par trouver la guerre. Patrick P. Quinet, qui a passé une partie des conflits ex-yougoslaves en Croatie, en Bosnie ou en Serbie, n’en a pas ramené un cahier de souvenirs mais un catalogue de questions. La langue, l’identité et la frontière sont au cœur de ce livre qui est aussi un vrai voyage intérieur.

Parution : novembre 2006, 100pp,
isbn : 2-930441-09-7 / 978-2-9304441-09-2

11 €

Patrick P. Quinet (1950-2008). Père belge francophone né en Flandre et d’une mère anglaise née chez elle. Fruit tardif, donc, de la seconde guerre. Élevé en Afrique centrale et en Belgique. Vit à Bruxelles depuis 1968 hormis 5 années dans l’espace « yougoslave » de 1993 à 1998 autour du projet des ambassades de la démocratie locale. Travaille depuis 1998 en tant que directeur de la communication dans une administration publique belge francophone. « Théâtre des Opérations » est son premier ouvrage.

Lire un extrait


Parution en novembre 2006

Michel Gheude

"Le Stylo d'Alexandre Villedieu"

Correspondances de guerre en temps de paix

Récit



En 1996, la machine d’un agriculteur de Loos-en-Gohelle, dans le Nord, bute sur les restes d’un Poilu. C’est habituel. Depuis 1918, les champs de France comme de Belgique s’ouvrent comme des mémoires vives. Sur ce squelette, un stylo. En parfait état de marche. C’est celui d’Alexandre Villedieu, tué à 29 ans. Michel Gheude va, de la Somme à Sarajevo, chercher à savoir ce que son stylo pouvait bien avoir à nous dire encore. De ses pérégrinations, il ramènera un texte puissant sur les hommes et leur destin qui est aussi, surtout, un essai sur l’écriture.

Parution : novembre 2006, 58pp,
isbn : 2-930441-07-0 / 978-2-930441-07-8

Edition bilingue français/anglais. Traduction de Ros Schwartz

7 €

Michel Gheude (1949). Auteur, entre autres, de « Un chien mérite une mort de chien », Actes Sud, 1983, « Voir, c’est faire », Quorum, 1997, « Il y eut un soir, il y eut un matin et ce fut l’an 01 », de la Démocratie 2001, « Le catalogue de la dérouté », Renaissance du livre, 2003 (prix de l’Académie royale de langue et littérature française de Belgique 2004)

Lire un extrait


Parution en novembre 2006

Jacques Raket

Dernières nouvelles du labyrinthe

Nouvelles


Dans un style cinématographique, Jacques Raket livre ici vingt-et-une nouvelles dont le thème récurrent est le labyrinthe, n’évitant aucun genre et puisant allègrement dans le répertoire du polar, de la science-fiction, de la biographie ou du fantastique, le tout avec humour, érudition et recherches graphiques. Tout est fictif ici, sauf ce qui ne l’est pas. Au lecteur, alors, de faire son chemin entre Bertrand Du Guesclin, Pierre Loti, Marylin Monroe, Hérodote ou Ibn Battuta. Voici donc un livre qui écrit de nouvelles légendes. On ne doit pas avoir peur d’y entrer.

Collection « Vents favorables ».
Parution : novembre 2006, 164pp
Isbn : 2-930441-10-0 / 978-2-930441-10-8

15 €

Jacques Raket (1947) à été directeur de production de films publicitaires et de Télé Bruxelles (la télévision régionale Bruxelloise), assistant réalisateur (de Jacques Demy, Claude Pinoteau, Benoît Lamy,…) il est également scénariste et auteur de nombreux films sur l’art (Prix Fémina pour son court métrage « L’or et l’œil ») et de documentaires (Prix du Président de la République, François Mitterrand, au Festival de Tarbes pour son film « Les racines du soleil »). A la fin de la guerre de Bosnie, il est chef de projet à Sarajevo pour l’Union Européenne et formateur en 1997 pour l’Unesco. Grand voyageur (il a été guide au Népal), il a séjourné plus d’un an en Orient et au Moyen-Orient. C’est aussi un peintre, un sculpteur et un graveur (en 2005 son livre-objet « L’élévation Dédale » – écrit en collaboration avec Michel Gheude – a été reconnu comme Objet Précieux par la Bibliothèque Royale de Belgique). Depuis dix ans il se consacre à l’étude des labyrinthes ; recherche qu’il concrétise principalement dans des gravures carrées, strictes, principalement en noir et blanc. « Dernières nouvelles du labyrinthe » est son premier essai.

Lire un extrait

 


Février 2006, dans la collection "Inventaires"

Inventaire # 4, Exécutés


Death penalty 2005
Huntsville, Texas; San Quentin, California; Columbia Caroline du Sud, Somers, Connecticut ne sont que quelques-unes des villes où la peine de mort est appliquée dans 38 des 50 États américains. Ce livre dresse l’inventaire des 58 hommes et 2 femmes exécutés par injection létale en 2005 aux États-Unis. En collaboration avec Amnesty International Belgique francophone.

Date de parution: février 2006.
Nombre de pages : 72 pp. ISBN : 2-930441-06-2

Prix: 6€



Décembre
2005, dans la collection "Vents favorables"

"Le manteau de Voltaire"
de Michel Jocquet.

On croise, chez Michel Jocquet, Pessoa et sa plume, un couteau et une fourchette en grande discussion, quelques amants fort occupés, beaucoup de bouquinistes affairés, un évêque, un président et un prince, l’un ou l’autre chat, deux joueurs d’échecs, des grèvistes de la région du Centre dans les années 60, Pablo Picasso et ses couleurs, un gonfleur de pneus, des marins du grand large et bien sûr, Voltaire et son manteau. Ce sont des histoires courtes, presque de petits contes écrits sur le marbre des tables de cafés. Des portraits jetés, jamais cyniques, toujours touchants. De brefs poèmes où la nuit entre et où “les arbres s’éteignent”. Car chez Michel Jocquet, tout était sensible. Voici donc un livre d’humanité. Au total, c’est aussi une vie d’homme.

Francis Dannemark ouvre et Michel Gheude referme ce “Manteau de Voltaire”.

11,5 x 19cm / 104 pages
Prix de vente : 8 €.






Novembre 2005, dans la collection "1/20ème"

"Le crime du Congo"

Une rentrée un peu différée ... C'est en novembre que sort le deuxième livre de la collection "1/20ème". Une très grande rareté : un ouvrage de Conan Doyle, l'auteur de Sherlock Holmes, jamais réédité depuis 1910.Un livre polémique, totalement dans son époque, traitant du Congo léopoldien, de ce Congo du début de la colonisation et sa cohorte d'exactions, de crimes et de mensonges. Cette réédition n'en est pas vraiment une : là où la traduction française donnait une version expurgée de l'ouvrage, nous avons voulu restituer l'intégralité du texte original. Un texte où Conan Doyle n'hésite pas à évoquer la possibilité d'une guerre avec la Belgique... Un inédit qui est une pièce supplémentaire à verser au dossier congolais.



Les mains coupées, une des exactions dénoncées par Arthur Conan Doyle, relayant ainsi tout un courant d'opposants en Grande-Bretagne et en Europe (Casement, Morel, Vandervelde,..). La Commision d'enquête internationale (voir plus bas) mise sur pied afin de déterminer le bien-fondé de ces accusations les confirmera pour la plupart.


“Le coupable est le roi, toujours le roi. C’est lui qui a imaginé toute l’opération, en pleine connaissance des malheurs qu’elle pouvait engendrer. Et, de fait, le malheur arriva. Il en était parfaitement informé. À maintes et maintes reprises, on attira son attention sur ce sujet. Car un mot de lui aurait changé le système. Mais il ne fut jamais prononcé”. Conan Doyle et le Congo ? Voilà qui peut surprendre. Si “Le Crime du Congo” n’est pas un roman policier, le père de Sherlock Holmes cherche pourtant bien un coupable. En instruisant le dossier de l’État indépendant du Congo et en dénonçant les abus, les profits et les exactions qui y avaient cours au début du 20ème siècle, il pointe un doigt accusateur vers le sommet de l’État belge. Indisponible en langue française depuis 1910, “Le Crime du Congo”, n’avait fait, depuis, l’objet d’aucune réédition. La présente publication comporte, de plus, des passages que Arthur Conan Doyle avait choisi de ne pas faire figurer dans l’édition française. C’est donc à une version inédite de cet ouvrage polémique que le lecteur d’aujourd’hui, sans doute fort intéressé à en connaître davantage sur ce qui est aussi son histoire, aura affaire.

(Extrait de la quatrième de couverture)


Né en 1859 à Edimbourg, Arthur Conan Doyle fut un médecin que le manque de clients mena à l’écriture. Voyageur inlassable, très patriote (il fut auxilaire médical lors de la guerre des Boers et voulut s’engager en 1914), il tenta également, pour le parti unioniste, une entrée en politique soldée par deux échecs électoraux. Il imposera, avec sa série des Sherlock Holmes, un style littéraire et créera des personnages (Holmes, Watson et Moriarty) qui deviendront très vite mythiques. Cette partie la plus connue de son œuvre cache d’autres monuments comme « Le Monde perdu » ainsi qu’une série de pamphlets ou de livres d’intervention qui, comme « Le Crime du Congo », ont jalonné sa production. Arthur Conan Doyle, anobli en 1902, se fit à trois reprises — notamment dans le cas de l’inculpation de Roger Casement — le défenseur de prisonniers, selon lui injustement condamnés, dont il parvint, dans un cas au moins, à prouver l’innocence. Il mourut le 7 juillet 1930.


Juin 2005, dans la collection "1/20ème"

Gembloux, à la recherche de l'armée oubliée.


À peine les trois premiers inventaires disponibles — ici même et chez certains libraires — nous préparons ce qui sera notre rentrée de septembre. Et une nouvelle collection intitulée “1/20ème”. Avec “1/20ème”, nous entendons explorer, sans exclusion d’aucune forme éditoriale, ce “court vingtième siècle” que nous venons de quitter.

Le premier ouvrage à paraître sera “Gembloux, à la recherche de l’armée oubliée”, un livre collectif qui fut d’abord une pièce de théâtre. «Gembloux,... » raconte un épisode largement passé sous silence de la débâcle de 1940 en Belgique où s’illustrèrent des Tirailleurs marocains de l’armée française. De ce moment de guerre, Sam Touzani, Ben Hamidou, Nacer Nafti et Gennaro Pitisci ont fait un acte de théâtre. Un texte où la légereté le dispute au tragique et où l’humour vient heureusement tempérer l’horreur des champs d’honneur. C’est aussi — et c’est primordial — un morceau de mémoire revisité par des enfants de l’immigration qui sont les neveux ou les petits-fils de ces soldats de mai 1940 et dont tout, jusqu’ici, leur avait caché l’existence.

Ce livre sera présenté officiellement à la presse et aux libraires en septembre prochain. Mais il sera disponible en avant-première dès le 8 juillet prochain au 59ème Festival d’Avignon. La pièce « Gembloux, à la recherche de l’armée oubliée sera en effet jouée du 8 au 27 juillet 2005 au Théâtre des Doms,vitrine sud de la création en Belgique francophone.

Vous ne voulez pas attendre la rentrée de septembre pour découvrir « Gembloux, à la recherche de l’armée oubliée » ? Une solution : abonnez-vous.

Les autres titres de la collection « 1/20ème » ? Ceux-là seront à découvrir en septembre. Patience...

 



Mai 2005, dans la collection "inventaires"
Les inventaires, Profanés, Naufragés, Délocalisés.


Une nouvelle maison d’éditions, avec un s qui serait voulu et qui indiquerait la volonté du multiple, du divers et du complexe ? Oui, et cette nouvelle maison d’éditions, qui porte le beau nom de “la mesure du possible”, entend, entre autres choses, sonder les mémoires qui nous composent : celles d’hier, celles d’aujourd’hui, celles de demain. La mesure du possible souhaite aussi éditer des livres vivants. Qui peuvent sortir dans la rue, se perdre dans des cafés, aller en usine ou dans les écoles, s’asseoir dans un champ, rencontrer les gens. Les livres de la mesure du possible veulent être plus que des livres. Ils ont envie de faire partie des débats et de conduire des actions. Ils veulent sortir des librairies et des bibliothèques où ils se trouvent bien, certes, mais un peu à l’étroit. Ils ont envie de voir le monde. Et que le monde les voie.



Le 29 avril dernier, cette maison s’est ouverte au public lors d’une lecture-concert des trois premiers titres de la collection “Inventaires”. Une soirée qui s’est tenue à la Maison de la Bellone, à Bruxelles. Les textes lus par Pascale Tison, Pietro Pizzuti et Paul Hermant.Les musiques improvisées par Benjamin Lew et soutenues par Alain Lefebvre et Yoshiko Sato. Les trois premières parutions — Naufragés, Profanés, Délocalisés — sont le fruit d’un patient travail de recensement et de recherche entamé dès le 1er janvier 2004. Une hypothèse — ces trois domaines-là seraient-ils incdicateurs d’une tendance ? — qui s’est trouvée confirmée par la profusion et la brutalité des faits. Ces livres sont d’ores et déjà disponibles, que ce soit dans certaines librairies (en Belgique) ou via ce site. Pour aider cette maison d’éditions à se construire, nous proposons aussi une formule d’abonnement. Vu l’état du marché du livre aujourd’hui et vu l’état de précarité qui guette, tout de suite, les maisons d’éditions naissantes, nous pensons qu’il s’agit là d’une sage et juste proposition...
.

Causes Communes
Edition la mesure du possible

30 Av. Jef Lambeaux
1060 Bruxelles
00 32 (0) 479 59 78 61


Courriel : paul.hermant@gmail.com