INTENTIONS :


Mesure, prendre la mesure, au fur et à mesure, sans mesure, juste mesure, dépasser la mesure, avoir deux poids deux mesures, n’avoir aucune commune mesure, être en mesure, sans demi-mesure, la mesure est comble.

Possible, faire son possible.

L’objectif des éditions de la mesure du possible consiste à éditer des livres qui paraîtront dans la mesure du possible.





Voici donc une nouvelle maison d’éditions. Elle s’appelle la mesure du possible, elle vient de publier ses trois premiers titres, trois inventaires, trois recensements qui indiquent ce que sera sa volonté éditoriale.

Cette nouvelle maison d’éditions n’est cependant pas si neuve que cela. Auparavant, elle s’appelait de la démocratie, a été développée au sein de l’association Causes Communes entre 1992 et 2004 et a publié des textes et images d’auteurs tels Xavier Deutsch, Michel Gheude, Giorgio Agamben, Daniel Cohn-Bendit, Véronique Nahoum-Grappe, Bertrand Badie ou Marina Cox entre autres. Si le nom a changé — on voit bien le glissement — c’est sans doute aussi que les temps ont bougé.

Les éditions de la mesure du possible souhaitent chercher ce qui fera mémoire demain, questionner ce qui faisait mémoire hier et être, entre-temps, pleinement dans l’aujourd’hui. Recenser les faits de société (Inventaires), sonder l’hitoire belge du vingtième siècle (1/20ème), interroger l’actualité (Correspondances), trois exemples des collections qui sont ou seront lancées au cours des prochains mois. Elle n’a aucun tabou et n’hésitera pas à passer allègrement de la sociologie à la littérature et de la poésie à l’histoire, des carnets à l’image.

La mesure du possible entend aussi éditer des livres vivants. Qui peuvent sortir dans la rue, se perdre dans des cafés, aller en usine ou dans les écoles, s’asseoir dans un champ, rencontrer les gens. Les livres de la mesure du possible veulent être plus que des livres. Ils ont envie de faire partie des débats et de conduire des actions.

Pour preuve, les trois Inventaires que nous vous présentons. Naufragés recense tous ces clandestins morts en mer où que ce soit dans le monde au cours de l’année 2004. Profanés collecte tous les vandalismes commis en lieux publics de la Russie aux Etats-Unis en cette même année. Délocalisés dénombre les entreprises qui, en Europe, ont fait le choix d’un changement de lieu, en 2004 toujours. Des inventaires cliniques. Des faits bruts, voire brutaux. De tels inventaires sont inédits. Il n’existe aucun observatoire qui regroupe ces événements que nous considérons comme des “marqueurs” de notre temps.