Qui est Bombardier

Le dernier bilan financier de Bombardier du 23 mars 2000 déclare une augmentation des revenus consolidés de 18 % par rapport à l'exercice 1999. Le bénéfice net de Bombardier se monte à 752 millions $. Le groupe Bombardier emploie désormais 56.000 personnes dans 12 pays. Retranchons-en 397 et le compte sera bon. Cinq jours après avoir diffusé son bilan enthousiaste, Bombardier annonçait, le 28 mars 2000, la fermeture de BN Manage.

Bombardier, c'est la success-story d'un self-made man nommé Joseph-Armand Bombardier qui, à quinze ans, va inventer, en bricolant, ce qui deviendra l'autoneige. Bombardier, c'est la rencontre d'un homme, d'un climat et d'un produit. Nous sommes en 1936. L'empire se bâtira dès 1942 et, longtemps, se focalisera sur la production de ces véhicules - autos ou motos - qui permettent une meilleure mobilité dans les zones enneigées. Nous ne sommes pas au Québec pour rien.

Ce qui va amener Bombardier à se diversifier, c'est la motorisation. La première entreprise européenne acquise par Bombardier est la firme autrichienne Laurenzi-Werke-Rotax qui dans ses compétences dispose de la production de moteurs rotatifs, très utiles pour les motos et autoneiges. Par ailleurs, cette entreprise fabrique aussi des autobus et des carrosseries de voitures. Bombardier, désormais va s'intéresser à la construction ferroviaire. Elle deviendra actionnaire puis rachètera, dès 1974, des entreprises pour la plupart en difficulté. L'empire croît.

Il deviendra adulte en 1986 lorsque Bombardier rachètera l'avionneur canadien Canadair au gouvernement. C'était une première. Elle sera suivie de beaucoup d'autres rachats et participations : Learjet, De Havilland, Short Brothers. Bombardier devient le 3ème constructeur d'avions civils au monde. L'empire s'installe.

Il conquiert également des territoires. Le Canada bien sûr, lieu de naissance et d'expansion. Mais aussi les Etats-Unis (Auburn, Barre, Plattsburgh), le Mexique (Ciudad Sahagun), l'Allemagne (Aachen, Berlin, Görlitz, Bautzen, Halle, Niesky, Vetschau), l'Autriche (Vienne), la Belgique (Bruges, Manage), la France (Crespin), la République tchéque (Ceska Lipa), la Grande-Bretagne (Wakefield), la Russie (Moscou), la Chine, l'Indonésie, la Malaisie, Taiwan et la Thailande. Et cela rien que pour le secteur "Transport".

Trois dates donc qui sont aussi trois divisions : 1946 pour les autoneiges, 1974 pour la construction ferroviaire, 1986 pour l'aéronautique. Aujourd'hui, la division aéronautique est en pleine expansion. Les bénéfices de Bombardier, il faut les trouver là. Son dernier gros contrat date du mois de mars de cette année : 2 milliards de $ pour une commande de la Delta Air. Désormais, Bombardier construit tout à la fois des motoneiges, des motomarines, des locomotives, des wagons, des tramways, des voitures de métro, des chasse-neige et des avions... Entre une petite entreprise familale innovante et une multinationale dévoreuse, il y a à peine cinquante ans.

 

Nouvelles de l'Aérospatia, 1997, Bombardier s'installe à Dorvall

Bienvenue à DORVAL, une cité où il fait bon vivre, banlieue industrieuse de Montréal

L'usine Bombardier qui fabrique à La Pocatière des wagons de métro, fourni du travail aux gens de toute la région.

Chez Bombardier, à La Pocatière, le syndicat peut crier victoire. L'enquête qu'il a menée a permis d'établir la relation entre le travail et le syndrome du canal carpien dont souffraient 22 soudeurs sur 192. Une anomalie statistique, puisque cette maladie touche surtout les femmes.

Bruxelles, Belgique, 4 avril 2000- Bombardier Aéronautique a annoncé aujourd'hui que deux autres centres, l'un en Europe et l'autre en Amérique du Nord, sont prêts à assurer l'entretien courant et la maintenance du très long-courrier d'affaires Global Express de Bombardier.