Articles et Documents

Le début de la crise: Générique avril-mai 2000.

(pour les amateurs) La Mission Bombardier.

6 juin: Bombardier, Duferco, La Région Wallonne... et les 397.

8 juin: Black Out à Manage, Attention à la Tension, Les 397 attendent, Les rendez vous à venir.

9 juin: C'est officiel, Duferco viendra à Manage.

Annonce de la reprise

9 juin: Lautresite dans Le Soir de Bruxelles

15 juin: Nouveau Licenciement collectif en plein Centre.

21 juin: haute tension chez Bombardier.

Générique Haute tension

28 juin: Ils savent qu'on a pas les moyens d'avoir le choix.

LAUTRESITE.COM, NOUS SOMMES NOTRE PROPRE MEDIA

La rubrique "Qui nous sommes" c'est nous, qui avons pris la parole parmi les 397, et ce que nous pensons de la crise à BN Bombardier.

La rubrique "Ce qui s'est passé" est l'historique de la crise, ses acteurs, ses mots, replacés dans le contexte de l'histoire de la région du Centre.

Suivez dans "le carnet de crise", heure par heure, la température de la crise.

Le "Lexique" vous aidera à vous retrouver dans notre vocabulaire.

Le "soutien" sont les marques que vous nous avez données de votre soutien à notre action.

LAUTRESITE.COM EST UNE INITIATIVE INDEPENDANTE

A PROPOS DU CONTENU DE LAUTRESITE.COM

L'information, le rédactionnel, ainsi que les matières photographiques et filmiques produits par Lautresite.com sont libres de droits à la seule condition que Lautresite.com soit nommément cité sur les supports qui viendraient à les utiliser.

Lautresite.com est Anne Degavre, Pierre Duys, Paul Hermant, Eric Masquelier

NOUS CONTACTER

SOUTENEZ LES 397 de Manage

La lettre d'Emilie

RECEVOIR LA LISTE DE DIFFUSION ET MISES A JOUR

Recherche

Il restera au bout du compte un très gros malaise. Hier, lundi 3 juillet, le personnel s'est prononcé à 60% pour les propositions conjointes de Duferco, de Bombardier et de la région Wallonne.

Le moins que l'on puisse dire est qu'elles ne recoupent pas les positions initiales des travailleurs. Ils pensaient d'abord exiger un plan social afin de terminer "l'aventure Bombardier" et de faire payer à la multinationale canadienne son irrespect et son comportement scandaleux depuis l'annonce surprise de la fermeture de l'usine en mars dernier. Ensuite, ils acceptaient d'entrer en discussion sur de nouveaux emplois possibles, soit dans le cadre de la nouvelle structure manageoise New Co, soit dans le cadre d'un travail délocalisé, à Bruges ou Crespin dans d'autres sites de Bombardier. C'était une question de principe, une affaire de droit et d'honneur.

Comment rencontrer cette éthique du travail dans un pays où la reprise économùique n'occulte pas les précarités sociales et dont l'opinion publique pourrait très bien ne pas comprendre cet entêtement à ne pas plier devant l'offre d'un emploi, même dévalorisé, même délocalisé ?

Finalement, les 397 de Manage ont craqué. L'étau était décidément trop serré. "Ils savent qu'on a pas les moyens d'avoir le choix" disaient-ils encore la semaine dernière. Le choix d'être un petit soldat de la reprise économique, le choix d'être un salaud social.

Au bout du compte, du travail retrouvé, de l'emploi recréé, du chômage évité. Ce n'est pas faire du radicalisme malsain d'ajouter que ce qui est perdu est peut-être plus important que ce qui s'est gagné. Embellie sur l'emploi, gros malaise sur le travail.

L'équipe de Lautresite.

Nota Bene

L’usine Bombardier de Manage est désormais fermée pour trois semaines, chacun va prendre des vacances. Le retour est prévu pour le début du mois d’août. Lautresite, qui a accompagné les "397 de Manage" durant cette crise, continuera de vous tenir au courant, dès ce moment, du devenir de chacune des personnes que vous avez pu rencontrer sur ce site.

Voici donc, dans leur complexité, les articles du Protocole d’accord voté le 3 juillet dernier par le personnel de Manage.

La reconversion à Crespin (autre site de Bombardier, installé à la frontière française) concerne 110 personnes à partir du 1er août 2000. Elles bénéficieront jusqu’au 31 décembre 2000 d’un contrat "belge" avec le maintien des conventions d’entreprise en cours. Les contrats français" démarreront au 1er janvier 2001 avec reprise d’ancienneté. Les indemnités de transition (dues au fait que les salaires français, plus faibles, sont d’autre part taxés plus fortement en Belgique) sont de 350.000 FB bruts pour les ouvriers, de 400.000 FB bruts pour les employés, et de 500.000 FB bruts pour les cadres, versées en deux fois.

La reconversion à Bruges concerne 30 emplois à partir du 1er août 2000. L’indemnité de transition est de 100.000 FB bruts, sous déduction des retenues sociales et fiscales. L’ancienneté est maintenue dans le cadre du nouveau contrat démarrant le 1er janvier 2001. Les conventions "d’entreprise" de Manage sont valables jusqu’au 31 décembre 2000.

La reconversion à Manage concerne 180 travailleurs au minimum dont 50 continueront à travailler en sous-traitance pour Bombardier et 130 pour le Stell center de Duferco. Les conditions de travail et de rémunération sont maintenues.

Une prime de reconversion est prévue selon la loi du 28 juin 1966 et est fonction de l’âge et de l’ancienneté (sauf cas particuliers). Le forfait est fixé à 23.250 FB bruts. Tout le personnel en est bénéficiaire à l’expetion des personnes qui bénéficient de mesures d’accompagnement de fin de carrière ainsi que les personnes en congé de maladie de longue durée. Ces primes, déduites du précompte professionnel, seront versées au plus tard le 18 août 2000.

Les fins de carrière concernent environ 61 travailleurs qui atteindront l’âge de 52 ans entre le 1er août 2000 et le 31 juillet 2001. Le préavis devra être presté. Le montant sera de 65% du salaire pour les ouvriers et de 75% pour les employés. Le plafond de la rémunération brute censée déterminer le revenu net est de 120.000 FB.

Les compléments extra-légaux aux allocations de chômage concernent 35 travailleurs âgés de 50 ans. Ils consistent en un montant calculé entre 10.000 FB bruts et 13.000 FB bruts pour les ouvriers et d’entre 19.000 FB bruts et 22.000 FB bruts pour les employés.

Les conventions de fin de carrières et d’avantages extra-légaux aux allocation de chômage ne seront cependant pas appliquées de façon systématique. En cas de départ volontaire, la démission est demandée avant le 31 août 2000 et les partants auront droit à la prime de reconversion (voir supra) ainsi qu’à une prime de 10.000 FB bruts.

Une cellule emploi sera mise sur pied afin de soutenir le personnel n’ayant pas retrouvé d’emploi à Crespin, Bruges ou Manage et ne pouvant pas bénéficier des mesures de fin de carrières. Cette cellule sera gérée en partenariat avec le FOREM. Le personnel non reconverti devra prester son préavis qui pourra être interrompu en cas de nouvel emploi trouvé après le 1er novembre 2000.

Les partenaires de cet accord se rencontreront tous les 3 mois afin d’évaluer les procédures en cours.

Lisez le carnet de crise

Reliance

POUR MEMOIRE

Le site Bombardier

Interview de Elie Capron au début de la crise de Manage, dans "Le militant".

Journal "le Soir": "A quoi servent donc les économistes ?" 10 janvier 97

L'Appel Pour une Ecole Démocratique (A.P.E.D.) solidaire des travailleurs de Clabecq.99.

Forges de Clabecq 26 novembre 1999

POUR SITUER

Sur la carte

Le Canal du Centre, site perso sur l'histoire du canal et de sa région.

Site perso sur la Commune de Binche (bien documenté, renvoie aussi à des liens avec les Binchois hors les murs)

Site perso : Le roeulx (bien documenté sur le canal du Centre)

La région du centre (1998)

La Louvière (voir les minutes du conseil communal, l'acccès aux ascenseurs hydrauliques, ne pas louper la "maison des italiens")

Seneffe (voir espace citoyen)