Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2012
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 28 juin 2012, Quelle beau jour pour finir, vous ne trouvez pas ? On ne pouvait pas rêver mieux : beau temps, mais orageux en fin de journée. C’est donc la dernière, la der des ders, la grande der. Après dix ans de chroniques quotidiennes, dont la plupart sur ces antennes, nous allons donc refermer le grand livre de nos fréquentations.
Mais plutôt que de dire au revoir, voyez comme je suis, j’ai décidé de dire merci. La reddition des comptes est alors plus ronde. Merci est un mot qui déteste les angles. Il n’y a rien à faire, quand on est né rond on ne peut pas finir pointu, alors terminons comme cela…
Merci à Richard Brautigan, merci à Stig Dagerman, merci à Ed Murrow, chroniqueur anti McCarthy, merci à son Good night and good luck, merci au terrible entêtement des abeilles, merci aux trous d’air des parachutes dorés, merci aux hirondelles de la gare du Nord, merci à l’épicière de Ciergnon, merci à Morvan Lebesque pour avoir dit que le talent que vous avez ou que l’on vous prête se mesure à celui qui vous reste le jour où vous n’en avez plus, merci à l’Euro d’avoir tenu jusqu’à la fin de ces chroniques, merci aux gens du voyage qui font le voyage que les gens ne font plus, merci à tous ces nomades qui enseignent à délester nos valises, merci au passé qui arrive toujours trop vite et à l’avenir qui vient toujours trop tard, merci à Stéphane Goldman, une chanson de 1950, une chronique déjà, cent mineurs crient sous les poids d’un continent, là-haut passe un régiment, il y aura dix survivants, (...)