Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2012
   


 
 

:

En ce jour du lundi 25 juin 2012, C’est la dernière semaine de la saison, c’est même la dernière semaine tout court pour ces chroniques puisque nous arrêterons bientôt notre fréquentation quotidienne, après quelques années de bons et loyaux services…
Il n’est de bonne compagnie qui ne se quitte et nous allons donc profiter de cette semaine pour faire un dernier tour du massif, on veut dire de tout ce qui nous pèse et nous alourdit : ce pondéreux qui nous empoussière et qui nous colle aux semelles.
Notre pas est moins vif, nous le savons bien. Nous pensons marcher et nous pataugeons pourtant. Ça me fait penser : c'est comme quand on demande à quelqu’un au Congo si ça va et qu' on s’entend répondre " ça va un peu ", hé bien, c’est ça, nous allons un peu.
Ah ça, on aurait besoin d’un peu de lumière dans ce massif, mais ce qui se passe, pour le dire comme ça, c’est que les allumeurs de réverbères ne parviennent plus à compenser l’obscurité ni à ensoleiller ceux qui ont plaisir à se cacher dedans.
Un allumeur de réverbère, disait le Petit Prince, c’est véritablement utile parce que ce qu’il fait est joli : " Quand il allume son réverbère, écrivait Antoine de Saint-Exupéry, c'est comme s'il faisait naître une étoile de plus, ou une fleur. Quand il éteint son réverbère, ça endort la fleur ou l'étoile ". (...)