Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2012
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 14 juin 2012, Nous vivrons sans aucun doute un week-end méditerranéen et je ne parle pas du temps météorologique qui nous sera attribué, je parle des embruns politiques qui viendront à coup sûr bousculer doute nos nuages d’averses.
On est là-dessus assez formel car on n’est plus dans la prévision depuis longtemps : l’a-t-on jamais été ?, c’est la question et c’est sans doute aussi le problème. Alors bien sûr, nous aurons les yeux tournés vers Athènes, ses élections et cet Alexis Tsipras et son parti Syriza qui font trembler l’Europe et que François Hollande a récemment refusé de recevoir : la France ces temps-ci préfère les tweets, c’est une question culturelle.
Et justement, par la grâce de ces réseaux sociaux, une interview parue dans le journal " Le Temps " de Genève nous est arrivée tout à l’heure sur nos écrans et elle parle précisément de cela : elle dit que la situation de la Grèce n’est pas structurelle mais culturelle.
Le philosophe qui s’y exprime s’appelle Stelios Ramfos : ce n’est pas un perdreau de l’année, il a 73 ans — quand il parle il remplit à Athènes des salles entières — et il dit cela que " la Troïka (vous savez les envoyés de l’Union europénne, du FMI et de la BCE chargés de mettre la Grèce sur notre ordre de route) aurait mieux fait de s’entourer d’anthropologues ou de philosophes, au lieu de s’enfermer dans les ministères ". (...)