Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2012
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Un parcours d’intégration qui s’adressera en outre aux primo-arrivants tandis que le problème est poltiquement pointé dans les divergences entretenues avec des populations installées par ici depuis belle lurette et qui, pour une grande part, ont acquis, comme le leader de Sharia4Belgium, la nationalité belge.
Cela reste étrange comme Molenbeek semble tourner la tête des femmes et des hommes politiques. Rappelez-vous, il y a quelque temps, un meurtre dans la rue, à Molenbeek, celui d’un contrôleur de la STIB, avait conduit à plus de contrôles policiers dans les trams et les bus. A priori, là non plus, la relation directe entre une altercation dans la rue et le durcissement des conditions sécuritaires dans les véhicules n’était pas claire.
C’était là aussi prendre une partie pour un tout, c’était glisser d’une chose à l’autre, c’était surfer rapidement, comme si, à chaque fois, que l’on évoquait Molenbeek, on se trompait d’objet, comme si dire simplement le mot " Molenbeek " autorisait la généralisation des préjugés et la rapidité de la pensée.
Il y a quelque temps, un citoyen molenbeekois, Ben Hamidou, donnait une pièce formidable intitulée " Sainte Fatima de Molem ". Il y a quelques autres temps, mais les mêmes, un citoyen molenbeekois, Nabil Ben Yadir, donnait un film plébiscité intitulé " Les Barons ". Dans les deux cas, ce que l’on appelle de " vrais succès publics ", salués comme tels et reconnus partout.
C’est étrange, mais personne n’en a conclu, avec le sens du raccourci qui semble caractériser nos décideurs, qu’il fallait d’urgence inscrire tous les Marocains de Molenbeek dans les écoles de théâtre ou de cinéma et de préférence en section comédie sociale. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.