Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2012
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


On ne peut alors que constater qu'en Belgique, sous ce rapport, tout le monde semble entier mais que certains sont plus entiers que d'autres.
Bien entendu, le mot intégration a un autre cousin, né assez récemment au début du 20ème siècle, c'est l'intégrisme. Les mots d'intégration et d'intégrisme ont désormais partie liée dans notre imaginaire et concernent, singulièrement depuis quelques mois, — je le rappelle cela fut écrit il y a dix ans — une même population. Ils occultent en même temps une autre notion que l'on entend de moins en moins souvent : celle de "société multiculturelle".
Devenir et demeurer une personne entière dans une société multiple est une question qui n'a jamais été réellement engagée, qui ne nous a non plus jamais réellement engagés. Nous avons, de ce point de vue, beaucoup délégué, laissant faire les choses et le temps. Ce que l'on partage, ce que l'on donne, à quoi l'on tient, ce que l'on garde, ce qui fait lien, bref tous ces enjeux qui devraient fonder le début d'une relation et non pas signifier les modalités d'un divorce sont pourtant le cœur battant du contrat démocratique.
Et la négociation de ce contrat se doit d'être perpétuelle, jamais finie, toujours à la mesure de l'homme. Pourtant, lorsque l'on emploie le terme d'intégration aujourd'hui, l'on n'est pas sûr qu'il ne signifie pas, en même temps, solution et dissolution.
Il s'agit là d'une erreur sémantique : d'un de ces mots, nombreux, qui sont eux-mêmes acculturés. De quoi parle-t-on dès lors ? Sur quoi s'établit le débat ? Sur la recherche d'un homme entier ou sur la fabrication d'un individu banalisé ? Reposer la question de l'intégration aujourd'hui, dans un moment préélectoral prompt aux amalgames et aux formules rapides, nous fait malheureusement revenir à de la politique. À un machin entre partis et mouvements qui, de fait, nous exclut.
Nous ne demandions pas cela, nous ne le voulions pas. Sur cette question, comme sur bien d'autres, nous avons envie du politique. C'est-à-dire de quelque chose qui rende les hommes entiers et ensemble. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.