Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2012
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 24 mai 2012, Preuve que les choses arrivent parfois chacune à sa place et chacune à son tour, c’est dans la rue que je me suis retrouvé hier à parler de manifestations...
Quel endroit plus propice, en effet, pour évoquer une pratique bien connue et un exercice démocratique fondamental, mais dont on se demande si, à l’instar des métiers d’autrefois, il ne faudra pas bientôt les ranger au rayon des vieux souvenirs et des chromos usagés.
Les plus en pointe là-dessus pour l’instant sont les Québecois avec leur loi spéciale visant à interdire les défilés étudiants du Printemps Erable, mais à bien y regarder, ce n’est pas mal non plus plus près de chez nous. En Espagne, par exemple, où le gouvernement Rajoy voudrait sanctionner les appels —lancés par Internet, Twitter ou tout autre sorte de réseau social — à participer à une manifestation violente.
Comme évidemment personne ne lance d’ordinaire ce genre d’appel —" j’ai le grand plaisir de vous inviter à une manifestation violente "— le flou est total pour ce qui est de savoir qui décidera du degré de la violence — les manifestants ou la police ? — sans compter qu’il est évidemment impossible de déterminer à l’avance si l’affaire dégénérera ou pas. De sorte que la Justice pourrait bien trouver à s’exercer a posteriori jugeant des intentions à partir des faits s’étant produits plus tard… (...)