Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2012
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


La conférence de presse à peine close, l’on vit en effet arriver des combis avec de nouveaux détenus venant rejoindre ceux qui étaient déjà présents et c’était reparti pour les paillasses par terre. Cela, évidemment, n’avait pas été précisé dans le texte ni présenté lors de la visite.
C’est ça, une prison Potemkine. Ce n’est pas que ça n’existe pas, c’est que ça existe trop. Et si même la Justice est aveugle, ça finit par se voir. Même si ce que l’on ne voit plus, à un moment, c’est la Justice elle-même dont on se demande où elle passe encore. Dans les prisons sans rémission ni intégration ? Dans les prétoires sans pro deo ? Dans les commissariats sans Salduz ? Dans les justices de paix sans proximité ?
Décidément, elle s’est tellement potemkinisée, la Justice, qu’on finit par la confondre avec le paysage d’un pays qui paraît ne plus vouloir accorder la moindre chance aux faibles et aux perdants. Comme si elle avait pris, elle aussi, le chemin de la dégressivité. Comme s’il fallait s’attendre et s’habituer là aussi à en avoir moins.
Ah, ça vraiment tout fout le camp. La preuve : si vous tapez " justice " dans un moteur de recherche, c’est un groupe de musique électronique qui porte ce nom qui apparaît en premier. Un groupe bizarre dont j’ai lu qu’il avait bien failli être poursuivi pour, figurez-vous, discrimination... Bizarre ? Moi, j’ai dit bizarre ? Comme c’est étrange. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.