Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2012
   


 
 

:

En ce jour du mardi 8 mai 2012, Vous souvenez-vous de mon village fantôme de Stephanshof, dans la commune de Amel, Amblève, région germanophone, dont je vous avais entretenu en octobre dernier ? J’avais bien vu que ça vous avait fait rêver.
Et que tout à coup vous envisagiez un avenir bucolique et rupestre. A l’écart d’Angela Merkel, de l’euro et de la radio. Mais hélas, cent fois hélas, avec toutes les demandes que j’ai reçues, il est aujourd’hui, je pense, suffisamment repeuplé.
Mais ça ne fait rien, j’en ai un autre. Un pas mal non plus et cette fois j’ai vu plus grand : 21 maisons, les ruines d’un château médiéval, deux fontaines miraculeuses, une chapelle du 13ème siècle, un ancien restaurant et même, en prime, une piscine du siècle dernier. Et comme le dit un lointain voisin, quelqu’un du coin, de la vallée, au moins quelques kilomètres : " C’est un lieu habité même s’il n’a plus d’habitants ".
C’est tentant. C’est en France. C’est dans le Limousin. C’est à Courbefy. Et c’est à vendre. Mise à prix : cent sous. Je veux dire, 330.000 euros : le prix, comme dit la presse parisienne, d’un studio à Paris. Bon, c’est vrai : tout ça est un peu en ruine, des pillards se sont chargé d’emporter tout ce qui pouvait s’emporter et l’électricité est à refaire et puis, avouons-le, je ne suis pas le seul sur le coup, ce hameau qui n’intéressait personne est devenu " the place to be " depuis qu’il est passé chez (...)