Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2012
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Parmi d’autres bijoux, il laisse sur Internet d’impérissables aphorismes, comme celui–ci : " L’unique chose dont le monde n’aura jamais assez est l’exagération " dont on est pas trop sûr de la justesse syntaxique, mais bon... Et puis, ce matin, sur son site : un laconique " Au revoir ", en noir sur blanc, quelque chose de très giscardien. On lit cela et on ne peut pas s’empêcher : on voit une chaise.
On a craint un moment qu’il franchisse la frontière à Quiévrain ou à Bouillon pour rejoindre la place Brugman, mais non : on apprend qu’afin d’honorer sa promesse électorale, il a pris un aller simple pour Los Angeles. Et sur la toile, on lit alors : " A peine Hollande élu, l’analphabétisme recule en France ". Et c’est vrai qu’il ne faut pas être très informé pour avoir précisément choisi le pays de Paul Krugman, économiste et accessoirement Prix Nobel, qui écrit aujourd’hui dans les colonnes du New York Times : "Les Français se révoltent. Les Grecs aussi. Et il était temps."
Et de se réjouir que prenne fin la Merkozie, pronostiquant que cette sortie annoncée du tout à l’austérité signifie, sans doute contre toute attente, " que l'euro et le projet européen ont désormais de meilleures chances de survie." Je vous le demande, que va bien pouvoir faire Mickael Vendetta dans ce trop nouveau monde où la modernité n’est pas celle que l’on croit ?
C’est pourquoi ce soir, quand la lumière s’éteindra, on lui conseillerait bien, pour s’apaiser et méditer un peu, de regarder comment va la lune. La lune, Mickael. On a dit la lune. Pas le doigt. Allez belle soirée et puis surtout bonne chance.