Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2012
   


 
 

:

En ce jour du mardi 27 mars 2012, Comment vont les choses, n’est-ce pas : voilà à peine qu’on se faisait moins de cheveux pour la petite entreprise de peinture du bourgmestre Richard Fournaux et voici déjà que l’on doit s’inquiéter pour la petite entreprise de vélos du baron Eddy Merckx.
Ah, c’est toute une vie, décidément, celle d’un chroniqueur d’apparence dont la petite entreprise, —merci encore à toutes et tous de fournir à chaque jour son content ­— ne connaît malheureusement pas la crise.
Pour preuve : lève-t-il le regard vers le haut ? Il voit au 10 Downing Street se bousculer des gens à chéquier pour dîner avec le grand homme du jour qui monnaie sa fonction et son titre.David Cameron, jouant de son pouvoir comme d’une tire-lire, confectionnant par avance son parachute doré, y croise en effet la fourchette avec de généreux donateurs. Combien direz-vous, faut-il, pour manger, glisser dans la sébile ?
L’un des trésoriers du Parti conservateur, approché par des journalistes déguisés en riches détenteurs d’un fonds d’investissement du Liechtenstein désirant dépenser un peu d’argent et, accessoirement, dire deux mots aussi de leurs soucis et envies politiques, leur fit ainsi cette jolie réponse : "118.000 euros, ce n’est pas mal, mais avec 236-295.000, vous serez en première division et vous obtiendrez d’abord le droit de participer aux dîners de Cameron et d’Osborne", le Premier ministre et celui des Finances, donc. (...)