Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2012
   


 
 

:

En ce jour du mardi 13 mars 2012, Parfois, il nous faut bien l’avouer, la chronique est un exercice difficile. Tenez, aujourd’hui. On ne savait pas bien. On hésitait.
On se disait : allait-on évoquer cette " rigueur douce " qui nous vient avec le printemps comme un oxymoron qui aurait attendu patiemment tout l’hiver sous l’humus, guettant la lumière pour surgir et nous rassasiant d’un doux gazouillis austère et joyeux ?
Oui, mais pour parler de cette rigueur douce avec ses milliards, pris à qui ?, ses parts de réserves et ses compétences usurpées, il nous faudrait à tout le moins un " tagline " comme l’on dit désormais en wallon, quelque chose de fort et qui résume en une phrase la situation.
Et nous n’avons malheureusement ici aucune agence de conseil qui viendrait à notre secours pour le cas où un mot nous manquerait : nous n’avons que notre dictionnaire. Et il a beau être fort épais et résumer bien la langue, rien à faire, c’est trop ou alors pas assez.
Alors, on a fait comme dans les jeux d’enfants, on a ouvert une page de notre glossaire au hasard en pointant un mot d’un doigt aveugle et on est tombé sur ça : " surfaçage ". Comment donc polir une surface. On était assez content, à vrai dire. On s’est dit, un budget de polissage, un budget poli comme un mur, ça c’est un tagline qui fonctionne. Ça résume assez bien la situation et c’est assez fort. (...)