Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2012
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 8 mars 2012, Donc, Nicolas Sarkozy a annoncé qu’en cas d’échec aux élections présidentielles, il se retirerait de la politique. A cette question répétée deux fois, il a répondu deux fois oui.
Il y a quelque temps, Mickael Vendetta, leader incontesté de ce que l’on appelle la bogossitude — "Ne fume pas, ne bois pas, fais du sport et tu deviendras un beau gosse" — et par ailleurs sous star éphémère de sous émissions de télé-réalité avait annoncé qu’en cas de victoire de François Hollande, il quitterait la France. Sur la toile, cela n’avait été qu’un cri : "On sait ce qu’il nous reste à faire".
Donc, Nicolas Sarkozy a annoncé qu’en cas d’échec aux élections présidentielles, il se retirerait de la politique.
Là, on doit bien dire, on hésite : est-ce présenter le crayon pour le plébiscite ou tendre un bâton pour se faire battre ? Et là, on doit bien l’avouer, on se questionne : est-ce là un aveu cachant un désir ? Y pense-t-il tous les jours en se rasant et pas qu’en se rasant ?
Ou alors est-ce une palinodie de plus où des communicateurs condescendants voudraient faire aux électeurs le coup de la commisération et de l’empathie, maintenant que le temps d’antenne du candidat est rempli de contrition et de repentance, persévérant ainsi l’esprit d’un quinquénat ou le destin d’une personne l’a emporté, et de loin, sur le sort de la fonction ? (...)