Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2012
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Nous en sommes donc rendus, dans ce pays de bonne humeur, à de l’humanitaire : le Samu bruxellois lance aussi un appel général à la solidarité et à l’accueil, chez soi, d’un sans abri. A la fin des fins, on en revient toujours aux citoyens. Pourquoi on ne commence pas par eux, c’est une juste question, mais l’urgence est de ne pas laisser mourir des gens dans la rue.
Pas de chance pour Monsieur Nunes, lui il est déjà mort dans une rue : dans la rue Gambier à Uccle, une jolie chose tout en pente. C’est là que l’on a jeté sons corps alors que sur le chantier où il travaillait, tout à coté, il avait fait une crise cardiaque.
Le patron avait donné l’ordre aux autres ouvriers de ne pas appeler l’ambulance, d’aller se débarrasser du corps et puis de passer chez la veuve pour lui offrir 10.000 euros en échange de son silence.
Il faut dire que Monsieur Nunes travaillait au noir. Il n’avait pas retrouvé d’embauche légale après son licenciement d’une firme du bâtiment. Par un effet de coïncidence dont le malheur a le secret, cette firme vient d’être condamnée pour licenciement abusif : Monsieur Nunes n’aurait jamais dû perdre son travail en clair chez des aigrefins pour devoir en trouver un autre au noir chez un salaud qui l’a laissé mourir pour ne pas avoir d’ennuis.
Ça se passait en novembre dernier, on l’apprend aujourd’hui. En novembre dernier, il ne faisait pas froid. On ne voyait pas encore les gens en trop, ceux pour qui la société est décidément socialement inadaptée. Maggie De Block devrait peut-être en toucher un mot à Monica De Conninck. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.