Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2012
   


 
 

:

En ce jour du lundi 31 janvier 2012, Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette grève générale ne fut pas unanime mais très particulière. Si vous avez envie de connaître l’état d’un pays, décrétez une grève générale, l’effet est garanti. C’est comme une thérapie de groupe : tout se révèle.
D’autant plus rapidement que le temps réel s’escompte désormais sur les bien nommés réseaux sociaux : on suit à la seconde les communiqués et les opinions, les images s’enfilent, les tendances s’estiment, les clivages se marquent et les tensions se toisent. Mais c’est une thérapie sans thérapeute. Et sans médiateurs non plus d’ailleurs et les éditoriaux n’avaient pas assez de boulets rouges pour tirer sur la " sociale ".
Chacun dès lors est libre de son diagnostic. Chacun compte à sa façon et chiffre à sa manière. Et si quelqu’un, au sommet européen, avait jamais posé la célèbre question : " La Belgique, combien de divisions ? ", nul doute que la réponse eût bien valu un haiku.
Et c’est sans doute la leçon de cette grève d’avoir révélé que les lignes de confrontation dans ce pays de bonne humeur étaient plus tranchées que jamais. Et que l’hostilité des uns contre les autres augmente. Les mots lancés sont durs. A lire les journaux du matin, par exemple, on se disait qu’on avait retrouvé une presse d’opinion, même si c’était souvent la même. (...)