Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2012
   


 
 

:

En ce jour du mardi 24 janvier 2012, Ce matin, à la lecture de la Libre Belgique, j’ai appris qu’il y avait du travail pour tout le monde et que le principal c’était d’être beau, mais que tout le monde ne l’était pas, de sorte qu’il allait falloir inventer quelque chose aussi pour les gens laids.
J’ai vraiment lu cela. Je l’ai même lu deux fois pour m’en rendre tout à fait sûr. Et pour celles et ceux qui ne l’auraient pas lu, je vais le relire : "Dans notre société, les normes sont très élevées : pour réussir, il faut être beau, intelligent. Il y a un groupe de gens qui ne peuvent pas atteindre ces normes. C’est un problème qui touche beaucoup les migrants quand ils ont un certain âge".
Comme quoi, n’est-ce pas, il y a pire que d’être black et d’équerre, il y a aussi migrant âgé pas beau et bête. Et c’est la nouvelle ministre de l’Emploi, Monica De Conick, qui parle.
Monica De Coninck est anversoise, elle est socialiste et elle a 55 ans. Elle est née, apprend-on, dans une Maison du Peuple avec l’église juste à côté — papa rouge et maman catholique — et son parcours l’a menée jusqu’au CPAS d’Antwerpen où elle a, comprend-on, remis les pendules à l’heure.
C’est à cela qu’elle doit de s’attaquer aujourd'hui au chômage, à moins que ce ne soit aux chômeurs, parce que son expérience lui permet une autre phrase glaçante : "Quand on prend les gens par le collier, on peut les activer". (...)