Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 16 décembre 2011, Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais depuis quelques jours, je ne sais plus très bien si l’on doit dire l’Europe des 26 + 1 ou l’Europe des 27 - 1.
Depuis, en fait, que David Cameron a replié ses voiles vers cette singulière insularité qui fait que la Grande-Bretagne sera toujours l’Angleterre — la terre des Angles, donc, et qui connaissent parfaitement l’art de ne pas les arrondir — laissant là sur le rivage les autres avec leur traité à retraiter, tel un déchet radioactif.
Anne Blanpain le rappelait judicieusement ce matin, il n’y a guère que ceux qui sont nés après Thatcher qui peuvent ignorer ce que De Gaulle disait déjà : que Londres était juste une ville parfaite pour parler à la radio. Les étonnés du pas de côté nous étonnent donc beaucoup, parce que nous, ce qui nous surprend, finalement, c’est que les Anglais soient encore là.
Les Canadiens, eux, ne sont plus là du tout. Nous sommes dans des jours où, ici et là, l’on perd. Le Canada, c’est Kyoto qu’il a quitté. Kyoto, c’est donc, si l’on a bien compté, 191 – 1. Ça n’a l’air de rien, comme ça, mais l’autre pays qui ne veut pas ratifier non plus le protocole ce sont les Etats-Unis, de sorte que nous avons une moitié de continent, d’un seul coup, qui file à l’anglaise. (...)