Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 7 décembre 2011, On semble pessimiste à propos du sommet sur le climat de Durban. On semble pessimiste aussi à propos du sommet européen de Bruxelles. C’est fou ce que les hauteurs rendent pessimiste. Ah ça, on connaissait d’autres ivresses des sommets. Plus prometteuses.
Ici, ça ressemble déjà, nous dit-on, à une gueule de bois annoncée. Avec tous ces contrôles d’alcoolémie qu’on nous promet, la période n’est pourtant pas idéale. Le week-end pourtant s’annonce meurtrier. Des embardées sont possibles. Et le mur est tout droit en face, si vous le voyez.
"On marche sur des décombres, on cherche dans des débris", annonce un diplomate à propos du sommet européen qui devrait tenter de sauver l’euro et l’Europe avec, demain et vendredi. Ce qui répond, comme dans un écho — les sommets sont propices aux échos — à ce que disait Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations-Unies, à propos de la conférence de Durban, comme quoi "un accord contraignant est actuellement hors de portée" quand, pourtant, ajoutait-il, "notre avenir est en jeu".
Alors on se dit : et si c’était cela, effectivement ? Que notre avenir n’était pas seulement en jeu mais aussi un jeu. Aux règles non écrites, mais pourtant connues, et auquel chacun ne semble pas jouer ensemble ni au même moment. (...)