Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du lundi 28 novembre 2011, Chères auditrices postmodernes dégradées, chers auditeurs contemporains déclassés, il ne vous aura pas échappé que les marchés semblent sensiblement plus rapidement rassurés que vous ne l’êtes vous-mêmes.
Bien incapables que vous êtes en effet de vous faire une opinion raisonnable sur les mesures budgétaires adoptées ce week-end et dont on ne vous livre le contenu qu’avec une petite cuillère quand la louche suffit apparremment aux experts de la finance : tout le monde en effet nous affirme aujourd’hui que leur réaction à l’élaboration gouvernementale eut pu être pire.
Nous en prenons bonne note, si l’on ose dire, feignant même de n’être même plus étonné par cela : que 530 jours et quelque ou un peu moins finissent dramatisés par les marchés tandis que marcher, précisément, beaucoup l’ont fait dans leur tête ou dans les rues, — certains l’ont fait encore samedi soir avant de finir au poste le plus proche — et que cela semble décidément moins opérant qu’un AA+ transformé en AA, comme s’il nous fallait encore être surpris que le serpent monétaire aussi se morde la queue.
N’empêche, nous regardons donc avec un certain contentement, puisque l’on nous y invite, le taux des emprunts ne pas dépasser la mesure du raisonnable quand les Italiens qui ont pourtant un expert financier aux commandes de l’Etat se retrouvent avec des frais impayables. (...)