Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Car il faudrait pour résoudre la crise financière— qui ne va pas toute seule, mais qui va avec toutes les autres crises et qui est la mère de toutes les autres crises — appeler des financiers, ayant de préférence presté chez Goldman Sachs, mère financière de toutes les autres banques.
C’est un peu comme si, considérant qu’il y avait trop d’accidents de voitures dans notre pays de bonne humeur et qu’il fallait mettre le holà à cette hécatombe handicapant l’économie, on confiait les clés du gouvernement à Jérôme d’Ambrosio. Ah ça, en voilà un qui saurait conduire la voiture de la société !
C’est pour cela que l’on s’est dit que les résultats d’élections n’étaient même plus une nouvelle nouvelle, mais une nouvelle ancienne. La nouveauté, aujourd’hui, c’est de regarder mourir doucement la démocratie, en la confiant à des personnes spécialisées, même plus à des idées. En abolissant la parole des peuples ou, au mieux en la contingentant dans les rues.
Alors, on s’est dit : peut-être bien après tout que les abeilles d’hier étaient une métaphore. On ne sait pas bien pourquoi les abeilles disparaissent. Ou plutôt si : on dit que c’est multifactoriel. Il y avait les pesticides, les virus, les parasites, les champignons, les OGM même peut-être et maintenant les frelons asiatiques. Des frelons qu’on ne connaissait pas, qui s’installent sans qu’on le veuille et qui désormais motnent la garde devant les ruches en attendant que sortent les ouvrières. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.