Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 17 novembre 2011, Une fois ne sera pas coutume, cette chronique s’adresse à des idiots. Très précisément : aux idiots ou bien à l’imbécile tout seul —sait-on jamais— qui a bouté le feu, dans la nuit de mardi à mercredi dernier, au potager collectif de la rue Stephenson à Schaerbeek. Appliquant à la solidarité locale de ce coin populaire du bord du chemin de fer, sa politique de la terre brûlée.
Tout n’est pas détruit, mais tout est abîmé, beaucoup de cabanes de rangement ont été emportées, et si cet incendie nous énerve à un moment où l’on pourrait porter son attention sur bien d’autres embrasements sociaux, c’est que c’est la même chose. Que cela participe de la même casse.
Ces potagers, vous les voyez de la fenêtre du train si vous cheminez vers la gare du Nord : ils enchantent l’œil du navetteur au printemps et titillent le nez du voyageur l’été venu. Ce sont des jardins de bord de rails et la rue Stephenson où ils sont plantés honore la mémoire d’un pionnier anglais des voies ferrées. Depuis plusieurs dizaines d’années, on jardinait là, sur d’anciennes friches et talus appartenant aujourd’hui à Infrabel et loués aussi à l’année au gestionnaire du réseau ferroviaire.
Les jardiniers sont plutôt âgés, aujourd’hui. Et de toutes origines. Aldo, par exemple, Italien, 74 ans, qui y cultive une parcelle plutôt importante et récolte, dit-il, environ 500 kg de pommes de terre par an. (...)