Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Watermael-Boitsfort, commune verte bruxelloise, n’a pas attendu, elle, la chute de la maison Dexia et du fonds des Communes pour s’engager dans la simplicité volontaire. Elle organisait ce dernier week-end sa deuxième « donnerie », c’est ainsi que cela s’appelle et là aussi le concept est simple, je cite encore : "Au lieu de jeter les choses dont vous n'avez plus besoin, vous les donnez à la commune, qui les redistribue à des personnes qui, elles, en ont l'usage".
Ici aussi, l’heure est donc au don. Et certes, c’est plus direct, et certes c’est gratuit et certes c’est là une initiative dont beaucoup pourraient s’inspirer. Mais bon ce que l’on voit, en gros, c’est que, la tête sur le billot de la crise, les communes ont décidé de faire appel à leurs citoyens pour assumer ce qui était jusqu’ici leurs missions. Et l’on repense à cette municipalité espagnole qui, aux abois financiers, a instauré le balayage obligatoire des rues par ses citoyens mêmes ou à cette commune française dont l’église romane est aujourd’hui restaurée par les habitants, faute de crédits bancaires.
Bien entendu, le citoyen lambda que l’on invite à devenir partenaire de sa commune plutôt que simple usager ou administré pourra se poser la question de la réciprocité, du contre don et de l’implication dans la chose publique. Plus de pouvoir parce que plus de devoirs ? Cela reste à voir.
Comme il reste à voir qu’on ne lui demande deux choses à la fois : des dons en nature et en numéraire. C’est la piste suivie par certaines communes britanniques de faire payer le moindre acte administratif et même les rendez-vous avec le maire, comme chez le médecin.
Alors, on se dit : peut-être finalement que la situation des communes est un peu pareille à celle des macrosystèmes mondialisés. Et qu’il faut là aussi choisir entre une façon et une autre de vivre avec ou contre les autres.
Mais on pense aussi : au moins, les communes c’est plus petit, au moins c’est plus proche. La commune est, comme l’on dit, le premier maillon de la chaîne démocratique. Et que tout commence par les communes. Même la Commune. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.