Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 16 novembre 2011, C’est à des choses comme ça que l’on voit que les choses changent. On se disait bien qu’après Dexia, la vie et les villes ne seraient plus jamais pareilles. Que ça allait taper dur dans les finances communales. Qu’il allait falloir revoir les cadres et revenir aux fondamentaux.
Confirmation apportée ces dernières heures par ce communiqué dinantais que l’on lit les yeux dessillés : la ville mosane appelle en effet ses administrés, qui tous seront amenés un jour ou l’autre à trépasser, à lui léguer tout ou partie de leur patrimoine.
La commune aimerait ainsi pouvoir hériter des biens et ressources de concitoyens qui, par exemple, décèdent sans descendance. Ou de ceux suffisamment concernés par la chose publique pour bien vouloir la coucher sur leur testament. La Ville précise que, je cite, "l’argent ainsi récolté servirait à financer des projets précis, choisis par les donateurs eux-mêmes, dans différents secteurs : culture, sports, jeunesse, tourisme, aménagement de la ville"…
Que n’en fait-on autant des impôts locaux payés tout au long de notre existence terrestre, me direz-vous, mais enfin, voilà un signe, un indice, une indication : regardez bien votre commune quand vous sortez, demain vous ne la reconnaitrez plus. (...)