Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Parce que, aussi, elle ouvrait aussi toutes sortes de possibilités et parmi celles-là, une que j’ai retenue et éprouvée. Que des gens ne pratiquant pas la même langue, mais partageant un même métier ou vivant une même situation n’avaient pas forcément besoin de mots pour se comprendre. Que les manières, les façons et les pratiques suffisent… Toute un solidarité des peuples pourrait ainsi être mise en œuvre.
Il n’y a rien à faire : deux médecins se comprendront toujours, comme deux charpentiers ou comme deux pauvres. C’est affaire d’horizontalité, dira-t-on, quand tellement de rencontres sont verticales… Et que l’on pense parler tandis que l’on ne fait que s’exprimer.
Cette phrase dit décidément beaucoup du regard sur l’autre. Elle pourrait, de nos jours, nous être utile comme jamais.
Je voulais garder cela de Hubert Nyssen —en tout cas cela, en tout cas au moins cela — pour saluer l’écrivain, l’éditeur de chez Actes Sud et puis aussi peut-être l’homme de radio qui fit sur ces antennes, dans les années soixante, quelques émissions dont on se demande pourquoi d’ailleurs elles avaient besoin de paroles puisque Hubert Nyssen y interrogeait des gens de lettres…. C’est-à dire, ses pairs, ses semblables, ses universels, ses gens des montagnes à lui. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.