Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du lundi 14 novembre 2011, Vous vous demandiez probablement si j’allais vous parler du G1000 dont la journée publique s’est tenue vendredi dernier, jour férié de commémoration et aussi désormais jour festif de négociation. Je me le suis demandé aussi à vrai dire. Mais bon, je vais tout de même me lancer. Alors, que dire ?
Hé bien. Dire l’émotion, d’abord, de voir dans le petit matin venir les gens en grappes et en foule. Bon, ils n’étaient pas tout à fait mille. Mais ce qui surprenait c’est que chacun, dans ces centaines de personnes accostant les quais de Tours et Taxis, venait seul et ensemble. Sans aucune sorte d’obligation non plus, sinon l’engagement pris une fois avoir été tiré au sort. C’était impressionnant, cette marée humaine franchissant la brume, venant volontairement travailler dix heures de rang.
Dire la vision, aussi, de ces tables rondes de dix personnes se remplissant au fur et à mesure et accueillant des gens dissemblants. Une altérité complète commençant à se dessiner : un fermier de Campine voisinnant un sans abri de Bruxelles. Et c’était tout aussi impressionnant le son mêlé de ces débats qui s’engagaient. Là aussi, une mer : des ressacs de vagues ; guère plus que des cailloux roulés. Sept cents personnes dialoguant dix par dix sans gêner personne. Dans des langues différentes. Pour faire un travail que personne ne leur avait jamais proposé de faire. (...)