Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2011
   


 
 

:


En ce jour du mardi 8 novembre 2011,
L’auditrice et l’auditeur attentifs auront peut-être remarqué qu’hier, dans ce temps de chronique qui m’est imparti et que j’avais attribué à la tenue du G20 de Cannes, j’avais mélangé mes pinceaux et qu’un lapsus terrible avait surgi de mes lèvres : j’ai dit G1000 au lieu de G20.
Un lapsus linguae, dans toute sa beauté. Car ce n’était pas sur ma feuille que j’avais effectué cette confusion : c’est dans ma bouche qu’un autre mot s’est formé tandis que mes yeux étaient censés en lire un autre. Ce qu’il y a d’intéressant dans un lapsus c’est qu’il est évidemment toujours révélateur.
Et il révélait quoi ? Que j’étais sans doute déjà en train de préparer la chronique d’aujourd’hui puisque, aujourd’hui, je vais vous parler du G1000.
En même temps, je vais vous dire ce n’est même pas tout à fait exact. Car cela fait un bon bout de temps que le G1000 m’occupe l'esprit et me préoccupe même, si l’auditrice et l’auditeur vigilants en conviendront, j’ai été économe de mon temps d’antenne pour ce qui est de sa promotion et de sa publicité.
C’est pourtant ici, enfin presque, que ce G1000 est né. Dans cet espace de chronique qui n’est sans doute pas qu’un poste d’observation, mais aussi, à l’occasion, une rampe de lancement. (...)