Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 26 octobre 2011, Vous vous souvenez de mon village fantôme d’hier ? Hé bien c’est fait. J’y habite. Et là, je m’organise. Pour tout vous dire, je cherche des voisins.
Alors je suis à l’affût, j’écoute, je regarde, je parle. J’examine les candidatures de voisinage. Car il y a beaucoup des gens qui voudraient habiter mon village fantôme.
Tenez hier, deux propositions. Une de bon matin, l’autre en soirée. Dès potron-minet, à l’heure où blanchit la campagne, le directeur de la FEB m’a contacté. Il était l’invité de Matin première, mais je savais que c’était à moi qu’il parlait.
Peter Timmermans a voulu me convaincre que dans mon village fantôme, il fallait protéger les entreprises. Ce n’était pas nécessaire : j’étais bien d’accord. Je suis moi-même un petit entrepreneur, c’est pourquoi. Mais bon, il n’a pas pu s’empêcher de me parler des taxes qui empêcheraient la croissance. Les intérêts notionnels, m’a-t-il dit sont essentiels pour le village.
Peter, je lui ai dit, on aura besoin d’écoles et puis aussi de refaire les routes après l’hiver. Si on se met à faire comme Mittal et Mestrallet, on s’en sortira jamais. Il a ajouté que nous devrions faire comme l’Europe disait. Qu’il suffisait de suivre une liste de points pour être sûrs de réussir.
Là, j’avoue, j’ai ri. J’ai pas pu m’empêcher. J’ai dit : le point slovaque, le point finlandais, le point grec ou le point allemand ? Le poing dans la gueule ? j’ai ajouté pour le faire marrer. (...)