Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mardi 18 octobre 2011, Ah, nous avons beaucoup aimé, ces derniers jours, l’histoire de la réquisition manu policiari des ouvriers grévistes de l’entreprise chimique Ineos, à Feluy.
Chez certains d’entre eux, at-on appris, la police s’est présentée de nuit, avant même l’heure du laitier. Et hop, dans le fourgon, à l’usine. Ils avaient débrayé pour une question de blocage dans les négociations de la nouvelle convention collective. C’est une chose bien connue, pourtant, chez nous, des blocages dans des négociations. Alors, je vous le demande, pourquoi avoir envoyé la police ?
C’est là que cela devient intéressant. C’est que, a expliqué la direction, Ineos est un site classé Seveso 2. Et que la présence, dans ce contexte, des ouvriers sur leur lieu de travail était nécessaire, que dis-je indispensable, pour des questions de sécurité publique.
Ah, que l’on voudrait que ce raisonnement soit suivi par d’autres Pdg et d’autres directions et que ces motivations fassent école. Tenez : est-on bien sûr par exemple que les riverains d’Arcelor-Mittal n’ont rien à craindre de la présence dans le voisinage de monstres en voie d’extinction d’où pourrait surgir sans qu’on en soit prévenu une explosion sociale ? En est-on bien sûr ? (...)