Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Tenez, ce matin, les infos routières à la radio nous conjuraient d’éviter le chômage. Ne passez pas entre Ivoz-Ramet et Seraing, nous disait-on, vous allez vous embouteiller dans des tas d’hommes en bleus, si vous entrez là-dedans, vous n’en sortirez pas. Ça va être chaud. Vous serez avalés. Fondus dans la masse. Vous serez peut-être 600 à être coincés là-dedans. Ou 2000, allez savoir. Ça dépend comment on compte.
Et d’ailleurs on compte. Le ministre Marcourt à Matin Première semblait n’avoir plus d’illusions que sur du terrain à récupérer. Prenez l’emploi, mais laissez-nous les hectares. Les hectares au moins ça se mesure. C’est avec du territoire que l’on nationalise. On a compté cela aussi. Un milliard, cela coûterait, semble-t-il, de nationaliser Mittal, on veut dire Cockerill.
L’idée a fusé ces heures dernières, ce serait donc le quart de Dexia. Mais la question reste : aider les métallos est-ce s’aider soi-même, comme on le dit des banques ou de la dette grecque ? C’est curieux, mais on en est moins sûr. Ce serait peut-être bien cela, pourtant, la révolution copernicienne. Mais on l’a assez dit ces derniers jours : c’est une réforme, Sire, pas une révolution.
Mais bienvenue tout de même à la Wallonie réformée. Déjà que Mittal ne payait quasi pas d’impôts, voilà qu’il va laisser une dette sociale énorme. C’est un fort joli départ, ça encourage. Evidemment vous allez dire, le bon côté c’est que tout ça nous fera moins de Co. Mais vous avez envie de choisir, vous entre le Co et le cynisme ? Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.