Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 21 septembre 2011, Bien entendu, nous aurions pu faire ici une longue chronique de silence à propos de l’éxécution d’un homme auquel le doute n’a pas profité. Bien sûr aussi, nous aurions pu épiloguer sur le départ d’un autre homme que le doute ne semble pas habiter. Bien sûr.
Mais au risque d’enfoncer le clou, à propos des banques alimentaires dont nous parlions hier et que les 27 refusent jusqu’ici de refinancer au motif que la Politique Agricole Commune n’est pas une officine sociale, nous voudrions dire que nous avons trouvé ceci aujourd’hui, dans la presse. C’est presque rien, juste une longue brève, si on ose dire. C’est assez technique, à vrai dire. Cela pourrait faire décrocher l’auditeur. Alors, auditeur, je t’en prie, accroche-toi.
Je vais donc parler d’un rapport de la Cour des comptes européenne paru le 19 septembre, avant-hier donc, soit la veille du jour où l’on se quitta à Bruxelles sans que les pauvres sachent à quelle sauce ils pourraient manger et où des Etats comme l’Allemagne, les Pays-Bas ou la Grande-Bretagne par exemple tentaient de leur faire passer le goût du pain...
Ce rapport concerne les aides européennes versées aux agriculteurs afin de sauvegarder l'environnement, —un des objectifs de la PAC—, et il constate qu’elles ont souvent des objectifs trop vagues et sont difficilement mesurables. Comme par exemple, les fonds alloués à la Pologne pour la bonne utilisation des sols et la protection de l’eau. Allez vérifier cela… Comme, autre exemple, les aides qu’a reçues la France pour des objectifs déjà réalisés. (...)