Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Le jeudi, on scindait BHV. On respirait. Nous sommes ainsi : quand la fin du monde s’annonce, nous sommes volontiers preneurs d’un tremblement de terre. De quelque chose dont nous pensons pouvoir prendre la mesure. Avec quoi nous puissions continuer d’avancer. De créer par exemple de la croissance, comme nous faisons ici, nous autres, gens mesurés, fidèles au poste.
Et quelle mesure donner, je vous le demande, à cette nouvelle nous apprenant que les laboratoires pharmaceutiques Roche refusent désormais d’approvisionner en médicaments les hôpitaux grecs mauvais payeurs ? Qu’elle semble loin, la mobilisation pour la réduction des dettes du tiers-monde et la campagne pour des médicaments génériques en Afrique. Enfin, qu’elle semble loin… C’est une façon de dire. On dirait, de fait, qu’elle est tout près. De sorte qu’aujourd’hui, on se demande ce qu’il vaut mieux : être un malade grec sans médicaments ou Rom slovaque sans abri qui sont définitivement gens décroissants, vivant de peu et mourant du reste ?
Bref, ma chronique du lundi n’est pas bien drôle. Elle aurait pu passer aussi par Linkebeek où les marcheurs, hier, ne célébraient pas la journée sans voiture. C’est à ça qu’on voit tout de même que les communes à facilités ne sont pas encore tout à fait Bruxelles, quoi qu’on en dise. En périphérie, on roule. Et on pétrole même. Esclavage francophone a-t-on entendu. Et la N-VA criait à tout va avec le T.A.K. On hésite. Inapproprié ? Violent ? Tarifé ? BHV parti, le MR se scinde, les nationalistes se rassemblent. Ah, décidément, cette semaine n’a qu’un jour et déjà, quel Gordel ! Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.