Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h15 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


En foi de quoi, les spécialistes firent précipitamment leurs valises, bouclèrent ce qui pouvait l’être, tassèrent bien leurs chiffres, prirent le premier avion venu et atterrirent à Bruxelles comme revenant d’une guerre civile. Ce n’était pas tant la dette qui était hors de contrôle que le ministre qui devenait incontrôlable. Et voilà pourquoi, Messieurs, votre Bourse est fluette.
Ah, décidément, on ne fait pas suffisamment attention aux incompatibilités de comptabilités. Vous n’avez rien fait, disent les experts au gouvernement. Pas une privatisation, rien qui diminue le train de l’Etat . Si, dit le ministre des Finances, on a fait ce que vous avez dit, on a 16,6 % de chômeurs, on a augmenté la TVA dans l’Horeca de 13 à 23 %, on a réduit les salaires et les allocations sociales : on fait ce qu’on peut pour taxer le peuple…. Il nous faut encore 2,5 milliards d’économies d’ici la fin de l’année, répondent les experts, débrouillez-vous.
Les Islandais, eux, se débrouillent. L’Islande qui est candidate à l’Europe traduit ces jours-ci son ancien Premier ministre en justice pour son rôle dans la faillite du pays. Dans le même temps, elle envoie ses meilleurs souvenirs à la Commission européenne qu’elle accuse d’avoir fait pression sur ses banques afin qu’elles remboursent leurs épargnants britanniques et néerlandais avec l’argent des contribuables islandais qui l’avaient pourtant refusé par deux fois.
C’est pas mal ce que fait l’Islande. Déjà qu’elle se désendette à vitesse v prime, elle juge ses propres ministres en même temps qu’elle diligente une enquête sur le rôle de la Commission européenne dans ses affaires. Chérissons les Islandais. Ce sont des gens sages. Ils ne vivent pas qu’avec des chiffres, ils s’occupent aussi de mots. Ce sont des citoyens là-bas qui ont réécrit la Constitution. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.