Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 

:


En ce jour du lundi 5 septembre 2011,
Tandis que j’écrivais ceci tout à l’heure, les bourses européennes chutaient de quelques pourcents supplémentaires… 4 à Paris, 3,85 à Francfort, 3,35 à Bruxelles. Le CAC, le DAX, le BEL, enfin tout ça : tout mêlé avec le FTSE italien, l’AEX néerlandais, le PSI portugais et l’IBEX espagnol, ça nous faisait un petit compromis à – 3,66 tout à l’heure pour l’Euro Stoxx.
J’ignore ce qu’il en est des derniers cours : je n’ai pas l’oreille rivée sur le Palais Brongniart, la Zeilstrasse ou le Quartier Dansaert. Je l’aurais plutôt vers la Nouvelle Athènes là où se niche un palais boursier certes, mais un palais sans index ou pire : un palais mis à l’index.
C’est de là — ou à peu près — que vendredi, se sont enfuis —ou à peu près — les experts du FMI, de la BCE et de la Commission européenne délégués en troika auprès du gouvernement hellénique. C’était d’eux qu’était venue la sanction : « La dette grecque est désormais hors de contrôle ». Et c’est là que tonna la colère du ministre des Finances Vénizélos traitant ces experts en comptabilité de gens ¬—je cite— « n’ayant ni les connaissances, ni l’expérience ni la responsabilité nécessaire pour juger de la dette ». (...)