Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 1er septembre 2011, « Si la démocratie comme régime parlementaire semble triompher, notamment en s’implantant dans des Etats de plus en plus nombreux, la démocratie comme société s’affaiblit dramatiquement (…). Car la démocratie ne se résume pas loin s’en faut à une Constitution, ni même aux élections qui tendent à monopoliser l’activité citoyenne. La démocratie est aussi et surtout un mode de vie ensemble, une manière particulière d’organiser un monde commun ».
J’avais envie de commencer par cela et j’ai pour la cause un peu pillé un article paru le week-end dernier dans Libération consacré au dernier livre de l’historien Pierre Rosanvallon sur l’évaporation du principe d’égalité dans nos sociétés postmodernes.
Et pourquoi avais-je envie de vous citer cela — et même, je dois bien le dire ai-je pensé à résumer ma chronique à cela et à vous le lire en boucle —, eh bien c’est pour l’Avenue du Port dont je vous parlais hier. Et de la haine du beau, de la haine de la Ville et du mépris de ses habitants qui se sont à nouveau manifesté ce midi lorsque le gouvernement régional bruxellois a décidé de maintenir le projet de Brigitte Grouwels et de couper là-bas les 300 platanes et de bétonner le million et demi de pavés. Voici donc le dernier épilogue connu d’un combat citoyen dont je vous disais hier qu’il honorait Bruxelles. (...)