Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 31 août 2011, C’est une avenue longue que bornent des platanes, une rue cahotante aux pavés ruisselants, le canal fait un lit aux péniches amarrées, et c’est peut-être bien l’histoire de l’été.
Voyez-vous de quoi je parle ? De ces 300 platanes et de ces 1 million et demi de pavés de l’Avenue du Port, devant Tours et Taxis, à Bruxelles, au 21ème siècle, aujourd’hui, près de chez nous. Ces platanes devraient être coupés et ces pavés enlevés. Et voilà un combat urbanistique très — trop ? — typiquement bruxellois qui devrait connaître son épilogue demain jeudi. L’affaire est tellement simple que je vous la résume en deux phrases : un projet industriel, déposé il y a quelques années — l’établissement d’un centre de logistique international supposant moult convois et charrois — imposait pour faciliter le passage de ces camions, la mise aux normes de l’avenue du Port, donc son dépavage, donc son asphaltage, donc le rehaussement de la voie et donc la disparition des platanes qui la bordent. Le projet industriel a depuis été retiré, mais figurez-vous que la disparition, elle, veut continuer.
C’est qu’un accord politique régional avait en effet été conclu entre membres de la majorité pour réaménager les lieux. Et qu’il n’y a rien de plus têtu qu’un accord de majorité. Qu’est-ce, en effet, que le changement d’une réalité devant un accord de majorité, je vous le demande? (...)