Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2011
   


 
 

:

En ce jour du mardi 30 août 2011, Hier, profitant de mon retour, Marc Molitor, mon estimé collègue, me tendit le billet qu’il venait de lire à l’antenne, me disant malicieusement : "Ça devrait t’intéresser". Qu’était-ce donc que ce papier ? Un poulet ? Une apostrophe ? Un petit bleu ? Une invitation ? Une convocation ? Non, tout juste une nouvelle anglaise.
Et si je dis "nouvelle anglaise" c’est qu'à part une information concernant l’Angleterre (ce que c’était), ç'aurait pu être tout aussi bien la version courte d’un roman britannique qu'aurait pu écrire Evelyn Waugh ou P.G. Wodehouse par exemple ou bien pire : Tom Sharp qui n’est pas anglais mais tout de même sujet de la Couronne et qui s’y connaît en vicissitudes humaines.
Il s’agissait en effet d’un extrait de la jeunesse dépravée d’un rejeton de la Haute, étudiant dans un collège sélect, membre d’un club tout aussi sélectif, promis à un bel avenir : un certain David Cameron qui exerce aujourd’hui, à Londres, le métier de Premier ministre dans un pays où les puissances d’argent mirent puissants et misérables sur écoute, mais pas suffisamment cependant pour avoir entendu sourdre le déferlement des bas-fonds qui fit dernièrement déborder la Tamise.
David Cameron a fustigé récemment le manque de repères moraux de ces pillards qui ne parviennent plus à discerner entre le bien et le mal et dont la seule culture au final serait le culte de la consommation. (...)