Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2011
   


 
 

:

En ce jour du mardi 21 juin 2011, Pour ceux qui n’auraient toujours rien compris au film, signalons donc que la Commission européenne a décidé lundi de diminuer l’aide alimentaire destinée, dans notre Union de bonne humeur, aux plus pauvres d’entre les nôtres.
Comme on dit en vocabulaire administratif et comptable, il s’agit là d’une diminution drastique. Avant, dans le langage médical, le mot drastique indiquait ce qui ressortait d’une purge fort énergique et, si vous voulez bien, nous allons nous en tenir à cette vision laxative des choses, car voilà: l’aide alimentaire aux plus pauvres européens passera de 513 millions d’euros à 113 millions, c’est un nettoyage, un coup de balai, que dis-je un coup de balai? Un équarissage.
Ah, on le sait bien: il est terrible le petit bruit de l’œuf dur cassé sur le comptoir d’étain, il est terrible ce bruit quand il remue dans la mémoire de l'homme qui a faim... (c’est du Prévert), mais la loi de la pesanteur aussi est dure certes, mais c’est la loi (c’est du Brassens).
Et c’est effectivement une décision juridique — de la Cour de Justice européenne — qui est à l’origine de cette diminution drastique.
En cause : les stocks alimentaires de l’Union autrefois florissants (on avait tout en trop), aujourd’hui désertés (on manque de tout). Ce sont ces produits-là, le beurre, le lait, la farine, qui allaient, par exemple, aux restos du cœur ou aux banques alimentaires. Quand les stocks ont diminué (eux aussi), cette fourniture en nature s’est transformée en subventions en cash. (...)