Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 1er juin 2011, Sont-ils apolitiques, les indignés ? Sont-ils les héritiers de Stéphane Hessel ? Sont-ils de gauche ? Sont-ils de droite ? Est-ce un mouvement, un feu de paille, un pétard ?
Que veulent-ils vraiment ? Leur confort ? Un avenir ? Du travail ? Un logement ? De l’espoir ? Voteront-ils aux prochaines élections ? Rejoindront-ils des partis ? En créeront-ils un ? Et leurs tentes, au final, supporteront-elles la pluie ?
On se demande. Tout le monde se demande. Comme à la naissance de chaque chose, de chaque événement. Ceci est-il de nature à me troubler ou bien à me rassurer ? Dois-je faire confiance ? Dois-je m’en inspirer ? Dois-je m’en réjouir ? Dois-je le craindre ? Dois-je porter ceci au compte de la jeunesse ? Dois-je me dire que quand on n’est pas de gauche à vingt ans on est un crétin et quand on n’est pas de droite à cinquante on est un imbécile ? Est-ce que ces codes-là fonctionnent encore ?
Arthur Koestler aimait dire des hommes politiques français que leur vie se lisait comme un livre : de gauche à droite. Est-ce toujours cela qui vaut ? Une vie politique rangée elle aussi comme un livre dans une bibliothèque, sans sursaut ni surprise, sans qu’on l’écorne vraiment ?
Louis Tobback est sorti à ce propos de ces gonds, il y a quelques jours. La vieille école tança d’un coup les impétrants. Cette jeunesse de gauche qui donne des armes à la droite ! (...)