Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2011
   


 
 

:


En ce jour du mardi 31 mai 2011,
On pense en démarrant la chronique : heureusement qu’on ne vend pas de concombres chez Ikea. Mais cela n’a rien à voir avec la suite, c’est juste une incise, un truc qu’on avait envie de dire en passant.
Ou plutôt en courant parce que je parie ma selle et mes bottes qu’il y avait de quoi faire du jogging aujourd’hui chez Ikea : un pétard, surtout quand il est muni d’un réveil, vide plus sûrement les rayons du géant du meuble que tout ce que l’on a bien pu révéler sur son fondateur, Ingvar Kamprad.
Comme, par exemple, ses sympathies pour les jeunesses nordiques, durant la guerre, pour lesquelles il s’excusa, comme son exil doré en Suisse qu’il justifia, comme le statut juridique d’Ikea qui est néerlandais et pas suédois, il l’expliqua, et, dernièrement encore, comme cette fondation basée au Liechtenstein et dégrevée d’impôts, il affirma qu’il ne pensait pas que cela ait de l’importance…
Mais bon, Stieg Larsson, l’auteur de Millenium, est mort et Henning Mankell, qui créa ce fameux inspecteur Wallander, s’apprête à reprendre la mer pour forcer le blocus vers Gaza : il n’y a donc rien à craindre pour le magnat mondial du mobilier, d’autant que l’on ne peut toucher à l’un de ses cheveux sans que la Suède entière se sente chauve. (...)