Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Ah, décidément, qui dira la beauté de cette rencontre fortuite entre un livre de 30 pages d’un vieux monsieur français et la révolution printanière de jeunes internautes tunisiens sur une place espagnole ? Ah, il n’aurait jamais imaginé cela, Stéphane Hessel, pas plus d’ailleurs que Kassem rencontré la semaine dernière à Sidi Bouzid. Indignez-vous, d’un côté. Dégage, de l’autre.
Oui, mais dit Stéphane Hessel dans un entretien donné avant-hier, il faut savoir ce qu’on dégage quand on s’indigne. Le vieux monsieur craint en effet que les indignés se refusent à la politique. Qu’ils s’abstiennent d’aller voter, par exemple. C’est complètement à côté de la plaque, a-t-il précisé. Le taux d’abstention espagnol aux récentes élections régionales fut effectivement éclairant.
Mais quoi, nous vivons aussi dans un système politique jamais révisé depuis la révolution industrielle. Ce qui fit les avancées démocratiques semble aujourd’hui à bout de souffle. Il faudrait bien réenchanter tout cela. On en aurait bien envie. On a été voir, en Tunisie, la semaine dernière, comment s’organisaient les gens et comment des idées participatives faisaient leur chemin. Et on se souvient que cette révolution là commença aussi par des légumes. Ceux du petit chariot de Mohammed Bouazizi renversés par une policière. Après, il s’immola. On se dit alors que nous avons besoin de légumes comme de pain. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.