Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Saisie de la question du forchlorfenuron en 2006, la Commission européenne se montrait pourtant plutôt rassurante, écoutez plutôt : "Dans l'avis qu'il a émis, le CSP", comprenez le Comité Scientifique des Plantes, "a précisé que les modifications observées pour certains paramètres des érythrocytes étaient en général mineures et ne s'accompagnaient pas de réticulocytose significative, ce qui dénotait un effet hémolytique limité". On ne pourrait être plus clair. En foi de quoi, la Commission appelait tout de même les Etats membres à une certaine prudence dans l’utilisation et dans les seuils à ne pas dépasser.
Les pays émergents, un peu comme tous les autres, ne connaissent de seuil que celui de la croissance et c’est le prix de la pastèque qui a poussé, cette année, des agriculteurs à se tourner vers cette production : la pastèque plus est elle gironde, plus elle rapporte… Et donc, on dope.
Dans des temps protomondialisés, Valdimir Ilitch Oulianov dit Lénine avait forgé ce slogan qui n’avait que le défaut d’être soviétique : Moins, mais mieux. Et c’est, peut-être, de fait, ce qu’il a fait de mieux. Ce qu’il reste du communisme chinois lui répond aujourd’hui : Plus et moins bien, ce n’est pas mal non plus.
Les grenouilles, alors, ont l’autorisation de se faire plus grosses que le bœuf. Et quand elles éclatent en morceaux, éclaboussant leur entourage de leur boursoufflure, on dit : pauvres jardiniers, voilà leurs pastèques perdues. Et toute ressemblance avec une personnalité politique ayant explosé ces jours-ci ne serait évidemment que fortuite. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.