Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Alors on ouvre. Et on se souvient que des conteneurs, il en avait été question ici il y a quelque temps pour y loger des gens. C’était aussi une alarme. Ça voulait dire quelque chose. Ces conteneurs étaient une autre sorte de parabole : ils disaient l’espace manquant, dehors. Ils disaient que le logement est rare et cher et qu’il faut bien imaginer autre chose. Pour les pauvres. C’est dérangeant. Nous n’aimons pas les conteneurs et pas beaucoup les pauvres non plus. Alors, pensez, des pauvres dans des conteneurs..
C’est curieux, nous entendons des pubs à la radio vantant la cabane attitude du domaine de Chevetogne, donnant à penser que l’habitat alternatif est une nouvelle tendance, et pendant ce temps-là, la Wallonie revoit en urgence son plan d’évacuation des résidents permanents des campings résidentiels et doit bien reconnaître que l’idée d’un habitat en dur et permanent pour tous est désormais de l’ordre de l’utopie.
Ils pourront donc rester, ces résidents, dans l’illégalité et dans leurs caravanes. Une caravane, ce n’est pas autre chose finalement qu’un conteneur avec des roues. Le problème, c’est peut-être qu’on n’en trouve pas à Batibouw, dont le logo est pourtant une tortue portant sa maison sur le dos, et que nous autres pensons encore que seul ce qui est dur est sûr. La brique, on le sait bien, est notre devise nationale. La mobilité, rien à faire, ça fait peur.
Allez le raconter aux Tsiganes stationnés pour l’instant à Amay dans leurs conteneurs à roulettes : ça fait peur et ça fait problème. Pourtant si on y regarde bien, pour eux aussi c’est le contenant qui semble problématique. Le contenu semble effectivement inoffensif. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.