Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 7 avril 2011, Pourquoi, je vous le demande, le monde ne se regarde-t-il pas dans le miroir de Mikhaïl Gorbatchev ? Vous vous souvenez de Gorbatchev ? Oui, ici, de ce côté des missiles SS-20, on s’en souvient mais là-bas en Russie, du côté des missiles Pershing II, c’est à peine si on sait qui c’est, le père de la perestroïka et de la glasnost.
Il est comme sorti des mémoires, c’est un mauvais souvenir, les Russes connaissent encore Lénine, Staline, Kroutchev, Brejnev, et même sans doute Andropov et peut-être aussi Tchernenko, mais Gorbatchev est devenu un illustre inconnu.
Et pourquoi je vous parle du miroir de Gorbatchev et voudrais vous en dire du bien ? Parce que cet homme, à l’occasion de ses 80 ans et des 20 ans aussi de l’évaporation de l’Union Soviétique a donné une interview au Magazine Forbes Russie, vous me direz : jusque là, rien de particulier. Enfin si peut-être Forbes Russie, ça dit bien les choses qui changent et les milliards qui poussent sur les cendres du prolétariat. Mais ce qui est notable et intéressant dans cette histoire, c’est le temps que cette interview a dormi dans les tiroirs du magazine. Pour une raison de titrage. Sur lequel le journal et l’interviewé ne s’accordaient pas. Gorbatchev voulait un titre que la rédaction lui refusait obstinément. Il a patienté, il a tenu bon et a fini par obtenir ce qu’il désirait : Gorbi quoi qu’on pense est une forte tête. (...)