Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2011
   


 
 

:

En ce jour du mercredi 6 avril 2011, On regarde le secrétaire d’Etat Wathelet s’envoler pour rapatrier demain des demandeurs d’asile au Kosovo, pays nouvellement reconnu sur la carte de l’Europe, et l’on se dit : et nous autres alors de quoi serions-nous les réfugiés s’il venait que nous ayons jamais à accueillir un ministre kosovar, des fois qu’un autre pays au moins ait à figurer sur une prochaine carte de l’Europe ? De temps en temps, on se demande. C’est pas interdit de se demander, les temps sont tellement surprenants…
Mais l’autre étonnement, tout de même, c’est aussi de constater que pendant la crise, le refuge continue. Enfin, le refuge… l’asile, la demande, la clandestinité… Nous restons donc attractifs : s’il existait une agence de notation sur la valeur symbolique ajoutée des pays, nous n’aurions rien à craindre de Standard & Poors, c’est bien le moins.
Aux infos du matin, on nous disait cependant que la majorité de ces Kosovars qui demandent l’asile chez nous sont des Roms. Il faut toujours s’inquiéter quand un nomade demande l’asile.
Bien entendu, on sait bien que la plupart des Tsiganes sont aujourd’hui sédentaires. Mais tout de même, c’est comme si les hirondelles décidaient de passer l’hiver dans le Nord. C’est symbolique. Et c’est surtout symptomatique du fait qu’être Rom reste pour tout le monde une énigme et surtout un stigmate, nous ne savons pas comment résoudre l’énigme et nous n’avons que faire des stigmates. (...)