Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2011
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 31 mars 2011, On doit bien faire attention à ce qu’on lit car le premier avril approche et l’on se demande si des poissons ne viennent pas se glisser ici et là, ondoyant en passant dans les marais de l’information.
Tenez, que penser par exemple de cet entrefilet consacré hier au président Saleh ? On nous y informait en effet que le président du Yémen semblait avoir trouvé une solution fort simple afin de mettre un terme aux troubles de printemps qui agitent son pays depuis maintenant deux mois assez exactement.
Dans un discours à la nation, ne voilà-t-il pas en effet qu’il s’en alla déclarer : "Je dis à ceux qui demandent aux autres de partir : (que) c'est à eux de s'en aller, c'est aux agents stipendiés de quitter le pays". Autrement dit en tunisien et en égyptien dans le texte : Opposition, dégage. Ce n’est évidemment pas bête. C’est même un parfait pont-aux-ânes : une chose qui paraît compliquée mais qui se résoud simplement. Le Yémen, on l’aime ou on le quitte : que les éléments séditieux s’en aillent donc puisque cela ne leur plaît pas de manger du Saleh à tous les repas.
Lorsque Berlin-Est se souleva, en juin 1953, contre les conditions de vie, de travail et de production imposées aux ouvriers et que les troupes soviétiques envahirent la ville, l’écrivain Bertolt Brecht qui, jusque là, était plutôt du côté du manche et qui devait trouver à se refaire une virginité auprès de ses amis, écrivit ceci, un poème, un texte, intitulé La Solution, que je vous lis. (...)