Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2011
   


 
 

:

En ce jour du lundi 28 mars 2011, A regarder ce qui se passe au Japon, on se demande si démocratie et nucléaire sont deux mots qui vont très bien ensemble. On observe, on se dit : ce n’est pas possible. Si, ça l’est.
Combien c’était de millions de fois supérieur, les doses de radioactivité dans l’eau du réacteur numéro 2 ? Dix millions de fois, apprit-on ce week-end. Pardon, on s’est trompé a averti la direction de Tepco, les propriétaires de ces centrales. C’est seulement 100 000 fois. Ah bon, qu’est-ce que 100 000 fois quand nous avons évité dix millions ? On respire, se souvenant que c’est pour une pareille erreur de zéro mal placé que Popeye promotionna le fer dans les épinards. Y a pas plus de fer dans les épinards que dans les amandes salées, mais à Fukushima leur teneur en iode est majuscule et mérite bien une interdiction de consommation, c’est le premier légume qui en a fait les frais, les épinards : dix millions ou 100 000 pour eux, ça n’a pas d’importance.
Parlons des frais, justement. On regarde ce que gagnent les liquidateurs de Fukushima, — ceux qui ont les pieds dans le plutoonium ou dans l’eau ou bien les deux — on regarde leur prime de risque, on se dit, ce ne doit pas être vrai. 15 euros par jour, pour les soldats de la Force d’Autodéfense. Pour les pompiers, c’est un peu plus, 48 euros. (...)