Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2011
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 18h00 sur la rtbf

Ecouter la chronique du jour .


Levons donc ici un lièvre. Je ne voulais pas dire en l’occurrence qu’en toutes choses, il nous fallait nous rendre à la conscience du président français et nous rallier sans combattre à son panache gris, que nenni. On sait trop comment coudre le fil blanc, on le voit de loin, au moins de Tunisie. On le voit tellement que même aux cantonales, on a constaté que le costume était mal ficelé.
Non, je voulais simplement dire qu’il devient insupportable de ne plus pouvoir supporter ce que nous disent aujourd’hui les gens qui sont pourtant les élus de la démocratie. Et d’avoir à prendre a priori pour fausse monnaie ce qu’ils nous vendent et pour faux amis les discours qu’ils nous font. Ah, ce qui est insondable en vérité c’est le déficit démocratique qui nous fait redouter qu’un jour un homme politique soit condamné pour vrai et usage de vrai. A compter de cela, plus aucun débat ne vaut. Achèteriez-vous une voiture d’occasion à Berlusconi, vous, par exemple ?
Cette guerre nous dit cela aussi, à côté de tout ce que l’on énonçait hier. Et ce n’est même pas un dégât collatéral, c’est un vice caché. Cette guerre qui s’en va défendre la démocratie ne sait quoi en faire, en vrai, de la démocratie. Et ses bases, comme ses arrières, sont mal assurés.
On se dit qu’il faudrait peut-être repartir de cela, maintenant que nous sommes vraiment en guerre et qu’il nous faut désormais tenir pour suspecte la moindre information et ne plus faire confiance qu’aux résultats de football et encore, ceux qui connaissent l’Union belge verront de quoi je parle. Allez belle soirée et puis aussi bonne chance.